Publié dans Politique

Fuite de sujets au Baccalauréat - 27 personnes arrêtées, 4 placées sous MD

Publié le dimanche, 06 octobre 2019

L’affaire des fuites de sujets au baccalauréat 2019, alimente toujours les conversations au sein de l’opinion. Mais comme elles l’ont promis, les autorités en place dont le ministère de l’Enseignement, ont réagi. Des têtes vont tomber. Et c’est ce qui devait arriver, arriva. Dans tout Madagascar, 27 personnes sont arrêtées, 7 ont été présentées jusqu’à maintenant devant le Parquet et 4 furent placées sous mandat de dépôt. Ces dernières ne sont autres que les incriminées dans la circonscription d’Imerintsiatosika et parmi eux le proviseur du lycée de la localité. Trois lycéens venant de la Capitale sont placés avec lui à la prison d’Arivonimamo à l’issue de leur passage devant le juge d’instruction samedi dernier. Les trois autres ont bénéficié de la liberté provisoire. Les autres personnes arrêtées, 12 à Fianarantsoa et 8 à Antananarivo sont actuellement sous les feux de l’enquête dans les bureaux de la Gendarmerie et passeront bientôt devant le Parquet. Lycéens et enseignants composent

la majeure partie de ces personnes appréhendées. Certaines d’entre elles étaient prises en flagrant délit, d’autres n’ayant pu être démasqués qu’après que les enquêteurs eurent remonté leurs pistes. Cette catégorie de suspects avait à la fois les sujets complets et les corrigés. 10 centres d’examen sur les 299 existants ont été ainsi les théâtres de ces fuites.  C’était le secrétaire d’Etat à la gendarmerie en personne, le Gal Richard Ravalomanana qui l’a annoncé au Toby Ratsimandrava. « Incontestablement, ces fuites ont démarré dans la Capitale. Une enquête sur ce proviseur de lycée a permis de le savoir », a  déclaré le colonel Ravoavy Zafisambatra. Et de poursuivre : «Quiconque ayant été trempé, de loin ou de près, dans cette affaire aura  à répondre de ses actes devant la Justice. Je dis cela parce que certains iront sans doute parler d’une nécessaire solidarité avec les incriminés ». Toujours dans les explications du Seg, toutes ces fuites se sont curieusement déroulées gratuitement. « C’est la première fois dans l’histoire des compatriotes  plutôt connus pour leur amour légendaire du  gain que j’ai entendu parler de fuites de sujets, qui se sont effectuées gratuitement », n’a pas caché le Seg. Une situation qu’il soupçonne d’avoir un dessous politique, sinon un acte de déstabilisation. 
Les enquêtes des personnes arrêtées se sont poursuivies durant  le week-end.
 Franck Roland

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff