Publié dans Politique

Communales 2019 - Naina Andriantsitohaina sillonne la « ville des mille »

Publié le mardi, 08 octobre 2019

Des contacts avec la foule, beaucoup de questions et la volonté affichée de répondre à une population déçue par quatre ans de gestion d’Antananarivo par le couple Ravalomanana.   Naina Andriantsitohaina a sillonné les six Arrondissements de la Capitale, la semaine dernière. Des visites-marathons qu’il poursuit cette semaine encore, avec des visites dans les premier et le cinquième Arrondissements ces deux derniers jours, et probablement les autres arrondissements ces prochains jours. Des visites qui rentrent dans le cadre notamment de l’élection communale et municipale prévue d’ici sept semaines. Accompagné des députés élus sous les couleurs de l’Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina ainsi que des candidats au conseil municipal de la liste IRD, l’homme a marché dans les rizières, arpenté les ruelles, serré des centaines de mains durant ces derniers jours. De Saropody à Besarety en passant par Andohatapenaka, Andavamamba Anjezika, Ankaditoho, allant d’Anjanahary à Ambatolampy Antehiroka,  le porte-fanion de l’Isika rehetra kaominina miaraka amin’i Andry Rajoelina a passé 8 jours hier, à écouter les doléances des populations de ces quartiers visités. 

La semaine de l’ancien ministre des Affaires étrangères avait commencé par une descente dans le premier Arrondissement pour se conclure dans le sixième Arrondissement. A chacune de ses descentes, l’homme a été favorablement accueilli par les populations des quartiers. L’insécurité, l’insalubrité, la réhabilitation des ruelles, la construction d’infrastructures sanitaires, l’approvisionnement en eau et en électricité, la  gabegie sont quelques-unes des doléances récurrentes revenues aux oreilles du candidat à la Mairie d’Antananarivo. A ces préoccupations générales, viennent également s’ajouter les problèmes spécifiques à chaque Arrondissement. Dans le cinquième Arrondissement notamment, la réhabilitation des formations sanitaires, la création d’infrastructures sportives et d’espaces verts, ont été évoquées par les riverains. A Besarety, Andravoahangy et ses alentours, la question des infrastructures d’assainissement et la réorganisation du marché figuraient parmi les doléances. Dans le quatrième Arrondissement, les craintes des éboulements et des inondations ont été entendues par le candidat qui portera la casquette des Orange dans la course à l’Hôtel de ville.  Des doléances auxquelles justement le prétendant à la Mairie de la ville des mille a déjà avancé quelques solutions envisageables…
La rédaction

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff