Publié dans Politique

Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »

Publié le mercredi, 09 octobre 2019

Une condition sine qua none. Le Président de la République Andry Rajoelina a prononcé un discours lors de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme au Centre des congrès de Lyon (France). Un discours au cours duquel il a signifié l’importance d’avoir un système de santé efficace pour le développement d’un pays. Indiquant que Madagascar, comme ses frères africains, n’est pas épargné par ces fléaux et soulignant le manque d’infrastructures médicales et la vétusté de celles existantes, le numéro Un du pays Andry Rajoelina affirme d’emblée que « depuis le début de son mandat, la santé est un chantier prioritaire ».

 

Soulignant que « Nous sommes tous conscients qu’aucun développement durable et inclusif n’est possible sans un système de santé efficace et accessible à tous », Andry Rajoelina indique que, l’Etat malagasy a pris des engagements forts et novateurs pour faire de la santé pour tous une réalité.

Parmi ces engagements, Andry Rajoelina annonce une augmentation « de façon conséquente » du budget de la Santé d’ici 2023. Selon le Président de la République malagasy, « Cette augmentation du budget consacré à la santé permettra à toute la population malagasy de bénéficier des soins de santé de qualité. De ce fait, les chefs-lieux de chaque région et district vont être dotés d’hôpitaux aux normes internationales dans l’optique d’offrir des soins de bonne qualité à tous les malades ».

Le Gouvernement malagasy prévoit également de « rendre accessibles à toute la population malagasy les soins préventifs, dont la vaccination de tous les enfants », indique le Chef de l’Etat, qui affirme que l’objectif est « de se rapprocher des communes par la construction de Centres de santé de base. Nous déploierons des unités mobiles avec des camions médicalisés pour atteindre les zones reculées et enclavées. La vaccination est une condition primordiale à l’élimination des maladies épidémiques. C’est pour cette raison que je me suis personnellement engagé dans une campagne nationale aux côtés des partenaires pour sensibiliser les familles à cette bonne pratique ».

Parlant des maladies transmissibles, le Président malagasy affirme que « en collaboration avec les partenaires, nous améliorons les stratégies nationales de lutte contre ces maladies, dont celle de l’infection du VIH, la tuberculose et le paludisme ». Concernant la tuberculose, la stratégie nationale est orientée « vers le dépistage de tous les sujets atteints de cette maladie mais également par la mise en place d’appareil de diagnostic fiable dans tous les hôpitaux de district de l’Ile. Car jusqu’à maintenant, seulement 60% des tuberculeux sont diagnostiqués et traités », dit-il.  

En rappelant que 10% des enfants malagasy sont affectés par le paludisme, une stratégie de dépistage progressif de masse est en cours de conception afin d’identifier et de traiter les porteurs sains des parasites, car ce sont eux qui entretiennent sa transmission. Parlant du traitement de l’hépatite C, le Président Rajoelina affirme que cela est un « enjeu de santé publique », étant donné que cette maladie « perturbe le système de santé en touchant la population active. Nous nous engageons à mener un dépistage national afin de traiter les personnes affectées ».

Des solutions pour lutter contre la malnutrition et protéger la santé de la mère et de l’enfant ont enfin été évoquées par le Chef de l’Etat, à l’occasion de sa prise de parole, avant de conclure quelques instants plus tard son intervention, par un appel aux partenaires français et internationaux à soutenir cette noble cause de la santé pour tous et à répondre à l’appel du Fonds mondial pour doter chaque pays des ressources indispensables à notre combat.

La Rédaction

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff