Publié dans Politique

Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption

Publié le mercredi, 16 octobre 2019

Les récents développements dans l’affaire du président national de l’association « Za Gasy », Jean Navandahy Ratiharison, ont créé la stupéfaction chez bon nombre d’observateurs. Accusé d’homicide volontaire, ce candidat malheureux des dernières législatives dans le deuxième Arrondissement, placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy depuis le 29 mai dernier, a obtenu une liberté provisoire la semaine dernière. Réagissant à cette décision, la députée élue dans le second Arrondissement, Lanto Rakotomanga, n’a pas caché sa surprise voire son indignation. Elle rappelle, d’une part, que les membres de Za Gasy sont accusés d’avoir commis un crime de sang. Et d’autre part, cette libération intervient au moment où le Président de la République est sur le point de décréter une grâce présidentielle, dont ne bénéficieront pas les auteurs de crimes de sang. Une libération qui s’avère être encore plus surprenante, car des témoins de l’agression existent, dit-elle. Et la parlementaire de s’étonner également de la libération d’un détenu placé sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy. « Ce n’est pas sans raison qu’il a été placé dans cet endroit », indique-t-elle.

Pour rappel, dès la soirée même de l’élection, des membres de ladite association auraient agressé un groupe de personnes de la candidate Lanto Rakotomanga. L’agression s’est soldée par la mort d’un jeune homme d’une vingtaine d’années, après quelques jours d’hospitalisation. C’est à celui-ci qu’est revenue la tâche de collecter les procès-verbaux de la candidate de l’IRD dans les bureaux de vote du quartier de la Haute Ville. La députée élue dans le second Arrondissement de la Capitale appelle ainsi à la prise de responsabilité du Président de la République et du ministre concerné. D’autant  plus que, à la suite de la libération de leur président, les partisans de cette association concocteraient une vengeance à l’heure actuelle, précise l’élue. En outre, des partisans du Za Gasy se seraient rendus coupables de subornation de témoin, selon elle. Depuis les auditions dans le cadre de cette affaire, ceux-ci auraient intimidé les témoins de l’agression. Il existe une volonté délibérée d’égarer la Justice, estime par ailleurs, la députée du second Arrondissement de la Capitale, car il s’agit d’un crime et non d’un délit ordinaire. Les accusés d’homicide involontaire, comme dans les exemples d’accident de voiture, bénéficient difficilement d’une liberté provisoire. Même si cela existe, il est rare que ceux-ci obtiennent une liberté provisoire. Pourtant, il est étonnant que des individus accusés d’homicide volontaire bénéficient de liberté provisoire, lance-t-elle, évoquant sans le dire des soupçons de corruption.
 La Rédaction

Fil infos

  • Hery Frédéric Ranjeva - Parmi les meilleurs avocats en France en 2021
  • Nouvelle loi sur la communication - Silence assourdissant de l’OJM
  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier

La Une

Editorial

  • Prise de conscience générale
    « Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Il semble qu’on assiste en ce moment à un certain éveil de conscience de la masse populaire sur la dangerosité de cet implacable virus. En cause, la recrudescence des tristes chiffres de la pandémie du Covid-19. Quelquefois, le malheur fait bien des choses. Au début, lors de la première intervention du Chef de l’Etat Rajoelina, ce vendredi 19 mars 2020, annonçant les premiers cas de contamination à Madagasikara, presque tout le monde n’avait pas pris au sérieux le danger réel qui guette le pays. Les détracteurs professionnels ainsi que les éternels sceptiques qui trouvent toujours l’occasion de douter de tout ce que Zandry  Kely dit, ne cessent de le discréditer. Les partisans de ces apprentis sorciers jouant le rôle d’opposition sous-estiment le péril qui pèse sur le pays et véhiculent le message selon lequel le nouveau coronavirus n’était qu’une pure manipulation politique de…

A bout portant

AutoDiff