Publié dans Politique

Palais de Manjakamiadana - Les re-bâtisseurs à pied d’œuvre !

Publié le mercredi, 06 novembre 2019

Depuis le 6 novembre 1995, la Capitale malagasy en particulier et Madagascar en général a perdu un de ses célèbres patrimoines, le Rovan’Antananarivo. Les années passent avec  les promesses de le réhabiliter mais rien ne semble bouger. Ou plutôt peu de travaux ont été effectués. Mais c’est désormais de l’histoire ancienne, le régime actuel a fait une de ses priorités la réhabilitation d’une partie du Rovan’Antananarivo. C’est lors de sa descente sur le lieu au mois de janvier dernier que le Président de la République Andry Rajoelina a déclaré que les travaux de réhabilitation doivent être effectués avant le mois de juin 2020. « Le Rovan’Antananarivo c’est le symbole de l’unité et de la souveraineté nationale.

Nous ferons que le Palais de Manjakamiadana retrouve son lustre d’antan avec quelques améliorations au 60e anniversaire de l’indépendance de Madagascar. C’est un pari que nous tous relèverons », martelait-il lors de la pose de la première pierre au mois d’avril dernier. Depuis, les choses ont bougé au niveau du ministère de la Communication et de la Culture de la ministre Lalatiana Andriatongarivo.

C’est en effet à ce ministère qu’a  été confiée la lourde mission de financer et de réaliser ce projet présidentiel. « Les travaux de réhabilitation concernent le Palais de Manjakamiadana et celui de Besakana qui sont des composants du Rovan’Antananarivo », précise-t-on du côté du ministère à Ampefiloha. Cette source ajoute que les appels d’offres y afférents étaient lancés au début du mois d’août et les adjudicataires des marchés sont déjà identifiés et notifiés.

Depuis quelques jours effectivement des va- et- vient se font remarquer au Rovan’Antananarivo. Il s’agit des employés des sociétés qui ont été les moins- disantes et qui auront «  l’honneur » et  le « privilège », au-delà des aspects financiers, de réhabiliter ce patrimoine si cher aux Malagasy. Les travaux de réhabilitation sont répartis en neuf lots à savoir le gros œuvre, les faux plafonds, cloison et plâtrerie, peinture et papiers peints, installation ascenseur, climatisation et ventilation mécanique, plomberie et sanitaire, électricité, système de sécurité, menuiserie bois, menuiserie métallique. Quatre sociétés de renom assureront les travaux dans leur domaine respectif à savoir Colas, CLIMATEL, Tropical Wood et MADIMEX. Bref, des entreprises reconnues  de leur rigueur et savoir-faire et surtout de leur respect des paroles données.

« Les Palais de Manjakamiadana et de Besakana seront livrés et mis à disposition de l’Etat malagasy  au plus tard fin mai 2020 », affirme la ministre Lalaltiana Andriatongarivo…

La rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff