Publié dans Politique

Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »

Publié le dimanche, 10 novembre 2019

Le candidat n°4 aux communales d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina, accompagné des candidats conseillers municipaux, du député Lanto Rakotomanga, a poursuivi ses descentes dans le cadre de la campagne électorale, samedi, dans le troisième Arrondissement de la Capitale. Il est notamment descendu à Ampamatanana, Ambohitsoa, Saropody et Androndra où il a notamment tenu un meeting. « Nous n’avons pas attendu d’être élu pour travailler. Des engins sont déjà prêts pour débuter la construction des routes dans le quartier de Saropody.

Les poteaux électriques marcheront dès ce soir », a-t-il notamment déclaré durant son discours devant l’assistance. Le candidat du Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina de déclarer également à cette occasion son souhait que la Commune appuie les initiatives qui créeront des emplois. Face aux défis qui attendent la Capitale, Naina Andriantsitohaina affirme que « nous allons nous entraider ».  « Il est temps de redorer le blason de la Capitale. Il est temps de penser à la population » a-t-il ainsi harangué, durant son discours, martelant également ses leitmotives « halte à la corruption » et « halte à l’irresponsabilité »

« Le Président Andry Rajoelina vous fait confiance et nous aussi. Nous savons qu’il a toujours su choisir de bons collaborateurs », souligne quant à elle, Lanto Rakotomananga, députée élue dans le deuxième Arrondissement sous les couleurs Orange. Sensibilisant la population à aller aux urnes le 27 novembre prochain, la parlementaire appelle par ailleurs la population à voter, et surtout, voter pour des maires pouvant contribuer à la réalisation des projets du Président de la République. « Seulement une partie (20%) des électeurs du IIè Arrondissement ont voté lors des législatives. Il est temps d’y remédier en votant massivement ce 27 novembre car c’est le maire qui réalisera les défis quotidiens de notre quartier », a-t-elle lancé à la tribune. Elle défend également le candidat-maire affirmant que « Naina Andriantsitohaina ne fait pas de promesses qu’il ne pourra pas tenir ». Une manière à elle de renforcer le fait que tout ce que dit l’aspirant-édile, il le fera durant son mandat.

La Rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff