Publié dans Politique

Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice

Publié le lundi, 11 novembre 2019

Trois nouveaux dossiers impliquant des ministres des précédents régimes seraient déjà sur la table de la Haute Cour de Justice (HCJ).
Le premier dossier concerne un ministre chargé des Travaux publics dans le dernier Gouvernement de la Transition. Ce ministre, nommé sénateur dans l’actuelle Chambre haute, est happé dans une affaire de détournement de deniers publics dans le cadre d’une passation de marchés publics. L’affaire dont il s’agit concerne le versement suspect par cinq entreprises attributaires de marché de somme d’argent d’une valeur de plus de 700 millions d’ariary dans le compte de ce parlementaire. Débutées immédiatement, les investigations se sont poursuivies quelques années, pour être clôturées. Le deuxième dossier clôturé et transmis à la HCJ implique un ancien ministre des Postes et des Télécommunications du régime Rajaonarimampianina. Le journal que vous tenez en main avait rapporté l’affaire dont il s’agit dans ses colonnes il y a quelques mois. Le ministre en question est accusé d’être l’auteur d’un détournement « bevata » de plus de cinq milliards neuf cent millions d’ariary dans le cadre d’un marché fictif auprès de son département ministériel. Depuis l’éclatement de cette affaire, l’ancien ministre a disparu des écrans radars. Des bruits d’information annoncent que l’homme se serait envolé vers d’autres cieux pour s’installer hors des frontières malagasy. Forcé à l’exil pour des raisons politiques en 2002, l’ancien gouverneur lors du régime Ratsiraka serait cette fois-ci en exil volontaire pour des raisons criminelles.  Le troisième dossier sur la table de la HCJ concerne une ministre HVM.

Cette ancienne membre du Gouvernement est accusée d’implication dans une affaire de détournement d’une somme de plus d’un milliard d’ariary au titre de régie d’avance unique et exceptionnelle pour l’achat de différentes fournitures auprès du ministère de la Population en 2018. Dans cette affaire, tout laisse à penser qu’il s’agit d’un détournement puisque selon les informations obtenues, aucun marché public n’aurait été lancé, et aucune fourniture n’a été livrée. A l’époque, des rumeurs ont circulé selon lesquelles la somme d’argent aurait été acheminée dans des sacs depuis la Banque centrale vers le domicile de la ministre en question.  Les observateurs sont sceptiques sur la suite donnée à ces affaires. Jusqu’ici en effet, la Haute Cour de Justice n’a toujours pas travaillé. Pour beaucoup, elle ne mérite pas son appellation. En effet, en voyant la tournure des récentes affaires traitées en matière de corruption, nombreux sont ceux qui sont tentés de croire en l’existence d’une Haute Cour de l’injustice et de l’impunité des « gros poissons » de la République malgré les efforts menés par certaines entités pour essayer de mettre un coup d’arrêt à ces criminels en col blanc.
Force est en effet de constater que jusqu’ici aucune affaire n’a eu de suite. Pour ne citer que le cas des subventions exceptionnelles accordées par l’ancien ministre de l’Intérieur, Olivier Mahafaly Solonandrasana, des cas pour lesquels la femme d’affaire Claudine Razaimamonjy croupit en prison.  Pareil pour le cas de la vente de la villa Elisabeth dans lequel le nom d’un ancien ministre avait été cité et pour lequel un ancien haut fonctionnaire devenu député est actuellement en prison.
La complexité de la procédure est mise à l’index par bon nombre d’observateurs. Pour que des ministres ou des parlementaires soient traduits devant la HCJ, il faut que la requête soit déclarée recevable par le Procureur général de la Cour suprême, que cette requête soit ensuite transmise à l’Assemblée nationale, que la majorité des députés adoptent une résolution de mise en accusation avant qu’une chambre d’instruction créée auprès de la HCJ ne se mette en branle…
 La Rédaction

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff