Publié dans Politique

Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route

Publié le mardi, 12 novembre 2019

Une fausse solution à un vrai problème. Telle est la réaction d’un certain nombre d’observateurs à la suite de la vague de limogeage au sein de la Compagnie nationale de distribution d’électricité et d’eau de Madagascar (JIRAMA) dernièrement. Pour faire face à la grogne des abonnés et en réaction au sermon que leur aurait adressé le Président de la République à Morondava, suite aux coupures intempestives de l’électricité et les difficultés d’approvisionnement en eau potable, la Direction générale de la JIRAMA a décidé de procéder au limogeage de six directeurs. A savoir, le directeur d’exploitation des réseaux interconnectés (DERI), le directeur technique Eau Antananarivo (DTOA), le directeur production électricité (DPE), le directeur principal Région Antananarivo (DPRA), le directeur approvisionnement et logistique (DAppro) et le directeur de la Communication.

 

Pour des analystes, il apparaît, à travers ces cas, que le lifting, quand bien même il a concerné des Directions directement touchées par la crise, ne répond pas aux vrais problèmes de la JIRAMA. Ces limogeages créent uniquement l’illusion d’un changement et donnent l’image de décideurs qui ont le souci de faire sortir la JIRAMA des impasses dans lesquelles elle s’est enlisée.

Comme il a été noté par bon nombre d’analystes, remettre la JIRAMA sur les bons rails suppose, au-delà des profils et des hommes, une vision globale, une stratégie claire et réfléchie, une bonne gouvernance et surtout des dirigeants prévoyants. Cela ne se résume pas seulement à des limogeages de directeurs dont la performance et la compétence ont d’ailleurs été saluées…

Pour beaucoup, la Direction générale aurait dû s’attaquer aux vrais maux de la JIRAMA. Pour parler de délestage ou de coupures d’électricité, le problème de la JIRAMA ne serait pas forcément la production mais le réseau de distribution et de transport d’énergie. La vétusté des câbles ou des transformateurs, couplée au manque de pièces de rechange, obligeant les techniciens à procéder à du bricolage, sont un des problèmes évoqués à l’origine de ces coupures. Des problèmes sur lesquels les dirigeants de la compagnie auraient dû se pencher car ce sujet n’est pas récent. Les actuels intérimaires à la tête de la JIRAMA, d’anciens dirigeants au sein de cette compagnie, auraient dû prévoir ces problèmes.

Les dirigeants de la JIRAMA devraient aussi se pencher sur les déficits causés par les vols d’électricité. Des bruits d’informations indiquent qu’un contrôle pour vol de courant mené en 2018 aurait permis d’épingler une grosse société implantée à Antananarivo.  Cette dernière aurait été sommée de payer la coquette somme de 73 millions d’ariary. Une somme qui aurait été ramenée à 7,9 millions d’ariary au début du mois de septembre dernier par d’actuels dirigeants de la JIRAMA pour des raisons plus que douteuses.

Des solutions pérennes et durables sont également attendues en ce qui concerne l’approvisionnement en eau potable. Il faut noter que, en attendant ces solutions sur le long terme, l’initiative d’implanter des camions citernes mobiles dans certains quartiers privés d’eau a été saluée. Pourtant cette initiative de dépannage a été suspendue par la Direction générale arguant que c’est le rôle du ministère. C’est seulement depuis hier que ces camions citernes ont de nouveau été déployés dans les quartiers…

La Rédaction

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff