Publié dans Politique

Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !

Publié le mercredi, 13 novembre 2019

« La réhabilitation du stade de Mahamasina n’est pas la priorité de la Commune urbaine d’Antananarivo ». Telle est la réponse de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) de Lalao Ravalomanana  à l’initiative du Président de la République Andry Rajoelina de donner un sérieux lifting à ce plus grand stade de l’océan Indien. Une intention lancée lors de l’accueil des Barea devant le stade de Mahamasina à leur retour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 en Egypte. Cette fin de non-recevoir émise par la CUA est pourtant aujourd’hui désavouée par les faits rapportés par les inspecteurs de la Confédération Africaine de Football (CAF) et le constat de certains membres du staff technique des Barea et de simples observateurs. A l’unanimité, ils admettent que la réhabilitation ou même la rénovation du stade de Mahamasina s’avère nécessaire.
Après mort d’Homme survenue à la rencontre Madagascar-Sénégal ayant causé l’interdiction au stade de Mahamasina d’accueillir des matchs internationaux officiels, des inspecteurs de la CAF étaient venus dans la Capitale, en début de semaine, pour constater l’amélioration faite en matière de sécurité. Et ce dans le cadre de la fin de la suspension du stade et de l’accueil de ce samedi du match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2021.

Leur rapport est édifiant quant au non-respect des normes de sécurité du stade de Mahamasina. Nombre de portails d’entrée et évidemment de sortie insuffisants, non marquage des places, vétusté des infrastructures notamment les escaliers des gradins, absence totale de toilettes et bien d’autres. Les recommandations de la CAF pour faire de Mahamasina un stade « manarapenitra » sont nombreuses, mais dans l’immédiat elle n’a exigé à la Fédération nationale (FMF) que le strict minimum. D’où l’empressement de cette dernière à exécuter les exigences de la CAF afin de sauver le match de ce samedi et pour éviter une nouvelle sanction du stade de Mahamasina. Mais tôt ou tard, Madagascar devra se mettre au diapason des règles de la CAF et également de la FIFA. A part ces faits rapportés par la CAF, le constat des observateurs  concerne plutôt la qualité de la pelouse de Mahamasina. Beaucoup d’encre et de salive ont coulé sur ce point, mais la CUA fait la sourde oreille. Au temps d’Ahmad, de Doda Andriamiasasoa, la FMF a fait le maximum pour rendre la pelouse digne d’un stade. Mais à défaut d’entretien de la CUA et à l’utilisation « abusive », l’état du gazon naturel du stade  laisse à désirer. A preuve, Raoul Arizaka Rabekoto, le nouveau patron de la FMF et son équipe ont dû refaire quelques travaux pour que les Barea, dont la majorité sont des expatriés, puissent jouer dans un minimum de confort. Face à ces recommandations de la CAF et le constat des observateurs, l’initiative du Président de la République Andry Rajoelina arrive à point nommé. Il est temps maintenant d’agrandir ce « grand » stade, de le mettre aux normes internationales et lui doter d’une pelouse digne de son statut. ….
La Rédaction

Fil infos

  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !

La Une

Editorial

  • Non-évènement !
    Deux rigolos du microcosme politique local se rencontrent quelque part sous d’autres cieux. Deux personnages du genre énergumène ayant quelques points en commun trament ailleurs sous prétexte, dit-on, de dénoncer des fraudes électorales. Ils sont tous deux d’anciens Chefs d’Etat, et d’un. Ils ont fini chacun leur mandat en queue de poisson. En bref, des « indésirables » dans leur propre pays. De connivence avec quelques individus de la même « espèce », ils fomentent la pagaille ailleurs pour déstabiliser voire même renverser le régime en place. En réalité, leur manigance ne rime à rien. Etant des rejetés sinon des recalés pas plus lourds que le poids d’un brin de cheveu,  Ravalomanana Marc et Rajaonarimampianina Hery, car il s’agit d’eux, des « poids plumes », ne pèsent pas trop pour pouvoir renverser la tendance. Leurs gesticulations ne méritent même pas qu’on y prête attention. C’est un non-évènement ! Seulement, des observateurs avertis et pointilleux s’accordent à déduire…

A bout portant

AutoDiff