Publié dans Politique

Chanson « Drako hely » - La phrase de tous les dangers !

Publié le lundi, 18 novembre 2019

Certains se sont emballés tandis que d’autres se sont lancés dans des débats tendancieux et souvent stériles à la note sortie par le ministère de la Communication relative à la censure du titre « Drako hely » de Rijade. Il est certain  qu’avant de prendre cette décision, le ministère a murement décortiqué les paroles du titre en question. Il s’agit d’une composition en dialecte sakalava avec  certes beaucoup de nuances.

Le mot « Drako » est exclusivement utilisé par le sexe féminin dans la partie nord de la Grande île pour désigner une amie ou voisine ou encore une proche et littéralement « hely » signifie petite ou  en termes d’âge cadette. Les femmes ou les filles dans la partie septentrionale de la Grande île disent par exemple  « akôry drako » pour se saluer.

Pour revenir à la composition de Rijade « Drako hely » peut évoquer la jeunesse laquelle, en général, rime avec la beauté.  Il n’y a pas de ce fait le moindre mal  quand elle dit dans sa chanson que « Jaolahy be » pour ainsi dire aucun homme  ne résiste à « drako hely ». Mais là où ses paroles dans sa chanson suscitent des controverses c’est quand notre artiste dit à l’endroit des descendantes d’Eve que si elles savent bien se servir de « drako hely », lequel mot en ce moment-là prend un autre sens,  elles ne sont pas obligées  d’aller à l’école pour voir les Etats-Unis (USA). En somme, pour réussir dans la vie. C’est dans cette phrase que réside le danger dans la mesure où elle incite réellement  à la débauche.

A l’heure où les parents se donnent tout le mal du monde pour envoyer leurs progénitures à l’école en vue d’un avenir radieux et que les dirigeants du pays encouragent l’éducation en construisant des écoles et en distribuant des kits scolaires, l’artiste Rijade peut-être bien sans le vouloir dans sa chanson incite les jeunes filles à se détourner du chemin de l’école. Un raiamandreny de la ville de Nosy Be qui nous a contacté hier a dit nous citons : « les parents digne de ce nom  qui trouvent que les paroles de la chanson « drako hely » de Rijade ne sont pas à blâmer n’ont peut-être pas de filles ». Nous n’allons pas pour autant condamner Rijade car c’est une artiste et  il se peut qu’elle n’ait pas mesuré les conséquences désastreuses de sa composition. Elle doit savoir qu’en tant qu’artiste elle a un rôle éducatif à jouer et surtout doit préserver la culture malagasy. Il n’est jamais trop tard pour bien faire et l’erreur est humaine.

 A.Lepêcheur

Fil infos

  • Culture à grande échelle dans le Bas-Mangoky - Ni vente ni location de terrains aux Arabes
  • Dirigeants de Communes - Le mari et l’épouse, élus maires !
  • Elections communales et municipales - 32 Communes à réorganiser
  • Medias - Le grand Franck Raharison n'est plus
  • Autosuffisance alimentaire - Objectif atteint plus tôt que prévu
  • Reboisement national - Le plus important à faire
  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate

Editorial

  • La dernière chance !
    A deux pas de la ligne de marquage signalant l’arrêt obligatoire du « check point » pour le contrôle systématique, nous, en tant que « sentinelle » du pays, tenons  solennellement et avec tous les respects d’usage à aviser le « Contrôleur » sur certains points à ne jamais passer de travers ni sous-estimer. Selon certaine presse privée, le contrôle et évaluation des membres du Gouvernement aurait été déjà bouclé. Si de telle information est avérée, il reste au locataire du Palais de prendre la décision finale. Selon la Constitution, l’initiative au remaniement et le dernier mot relatif aux nominations des membres du Gouvernement appartiennent au Chef de l’Etat. Les heureux admis pourront continuer le chemin avec lui, tandis que les recalés resteront à quai. Sur ce point, il n’y a pas de complaisance. Ou bien les résultats durant les douze mois de test témoignent le signe du positif, concluant, alors vous avez réussi. Ou au…

A bout portant

AutoDiff