Publié dans Politique

Milieu judiciaire malagasy - La grande muette !

Publié le mercredi, 20 novembre 2019

Les Forces armées sont qualifiées de grande muette pour des raisons diverses, mais aujourd’hui le milieu judiciaire malagasy l’est devenue également. L’accès à l’information des membres des médias est une fois de plus entravé et dans la foulée, le droit à l’information  des contribuables. Pas plus tard que la semaine dernière, des magistrats étaient traduits devant le conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Celui-ci a rendu son verdict en sanctionnant 7 magistrats. Pas d’information officielle sur les sanctions infligées à ces « fautifs », les chefs d’inculpation et encore moins leurs identités.

Faute de communication du CSM, il n’est pas étonnant que les informations véhiculées sur les réseaux sociaux aient pris le dessus et ont été exploitées selon l’interprétation de chacun. Au détriment du CSM ou en sa faveur. A l’ère de la communication à grande vitesse, les entités publiques ont l’obligation de l’utiliser à bon escient afin de fournir à qui de droit les vraies informations. C’est l’unique voie pour éviter la propagation de fausses nouvelles.

Ce cas du CSM n’est pourtant pas  le seul à être décrié dans le milieu judiciaire du pays. Il est en effet rare de voir les procureurs communiquer sur les grands  dossiers entre leurs mains. Pourtant, c’est une pratique courante sous d’autres cieux à l’image de l’affaire de Dominique Straus- Kahn aux Etats-Unis ou des dossiers de kidnapping en France. Partager l’information sur des sujets qui intéressent le public est un devoir des gouvernants et des détenteurs de pouvoir. Et le milieu judiciaire malagasy est autorisé par un arrêté ministériel, pris quelques années auparavant, de le faire. Cet arrêté donne autorisation aux procureurs, et à eux seuls, de communiquer sur les dossiers entre leurs mains. Mais jusqu’à maintenant, la majorité de ces « autorisés » restent aphones sur des affaires brûlantes laissant ainsi la bonne place aux rumeurs et des on-dit ainsi que des interprétations sans fondement…

La Rédaction

Fil infos

  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication
  • Combat  pour les îles malagasy - Les pays de la SADC derrière Madagascar
  • Cas asymptomatiques du Covid-19 - Le traitement à domicile désormais autorisé

La Une

Editorial

  • Un grand pas !
    Neil Amstrong, sur la lune, s’exclamait dans un enthousiasme vivant et plein d’émotions quand il a pu réaliser son premier pas « Un petit pas sur la lune mais un grand pas pour l’humanité ! » La SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe) prend fait et acte la requête de Madagasikara pour la restitution des îles Malagasy (Eparses) au sein du territoire de la République Malagasy. Notons que Madagasikara fait partie de fait et de droit de l’Organisation sous-régionale pour le compte de l’Afrique australe. Une organisation que l’ONU et l’UA dictent dans le processus de développement et du règlement des conflits  dans cette région. Conformément au principe de subsidiarité, cher aux instances supérieures onusiennes et africaines, l’ONU et l’Union africaine ne peuvent pas traiter directement les problèmes ou autres des pays africains sans passer par la structure de la sous-région et vice-versa aucun pays ne doit pas s’adresser directement à l’ONU…

A bout portant

AutoDiff