Publié dans Politique

Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !

Publié le dimanche, 08 décembre 2019

Deux photos prises par des internautes ont fait le buzz sur les réseaux ce week-end. En commun, elles démontrent les bourdes commises par nos dirigeants en matière de gestion des biens publics. La première concerne une voiture administrative utilisée à des fins privées. En effet un véhicule haut  de gamme, Audi A6, flanqué d'une plaque rouge 7….TBD indiquant qu'il appartient à l'Etat malagasy, a servi de tête de cortège d'un mariage. La voiture payée par les contribuables et destinée en principe à des services de l'administration ou à l'utilisation exclusive d'un haut fonctionnaire de l'Etat se rivalise avec celle des agences de location.

Une aberration pure qui mérite une sanction exemplaire venant du chef du gouvernement. Celui-ci qui, au lendemain de sa nomination à Mahazoarivo, a pris certaines mesures concernant l'utilisation des voitures administratives. Parmi les recommandations, la pose de la plaque rouge sur tous les véhicules appartenant à l'Etat ainsi que l'arrêt des abus des priorités et l'utilisation abusive des feux de détresse. Une décision saluée par les citoyens sans exception qui sont frustrés par les « m'as-tu vu » de certains détenteurs de pouvoir. Depuis, les paparazzis pullulent, restent à l'affût des moindres écarts  et inondent les réseaux sociaux des photos de ces voitures dont les conducteurs font fi de ces recommandations du Premier ministre Ntsay Christian. Des sanctions ont été émises à l'endroit des fautifs et plus d'un souhaite que celui qui a utilisé cette voiture administrative en tête de cortège en reçoive également.

La seconde photo concerne les dérives de l'équipe actuelle de la Commune urbaine d'Antananarivo. Sur la photo, on voit des commerçants avec leurs marchandises à la salle d'honneur de l'Hôtel de ville à Analakely. Déjà qu'avec la location presque à longueur de mois du parvis soulève l'indignation, voilà que Lalao Ravalomanana et son équipe en instance de départ poussent le luxe de louer la salle d'honneur pour y tenir une foire. De l'inconscience et de l'insouciance pure. L'Hôtel de ville, c'est le palais d'Etat d'Iavoloha pour la mairie d'Antananarivo, et on imagine mal le Président de la République, qui qu'il soit,  tenir un évènement commercial dans le bâtiment principal. C'est le minimum de respect à donner à un lieu symbole d'une ville et non moins Capitale de Madagascar.

La rédaction

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff