Publié dans Politique

Développement de la Capitale - L'éducation citoyenne s'impose !

Publié le jeudi, 09 janvier 2020

Le futur maire de la Commune urbaine d'Antananarivo, Naina Andriantsitohaina, aura du pain sur la planche après sa prise de fonction. Cette période de pluie met à jour les grands problèmes que le maire et son équipe doivent faire face. Le plus difficile étant d'inciter les habitants de la Capitale à changer de mentalité pour que le développement commence par tout un chacun.

 

Sauf changement, la proclamation des résultats officiels des élections communales et municipales aura lieu ce jour. Pour la Commune urbaine d'Antananarivo en particulier, c'est le candidat Naina Andriantsitohaina qui devrait être élu maire de la ville. C'est en sorte la confirmation du choix de la population tananarivienne qui, lasse des guéguerres politiciennes, a choisi une tête bien connue et respectée dans le milieu économique tout comme son défunt père, Charles Andriantsitohaina. Et ce en plus de sa proximité avec le régime actuel qui est également un des atouts entre ses mains. Bref, Naina Andriantsitohaina s'avère l'homme attendu par les Tananariviens pour apporter le développement qui fait défaut ces dernières années à la Capitale de Madagascar.

Les grands chantiers qui attendent le futur maire de la Capitale sont nombreux. Mais la réalisation de tous ces grands chantiers n'est pas la responsabilité seule du maire. Un changement de mentalité des administrés et des responsables au niveau des démembrements de la Commune, à savoir les présidents de « Fokontany », est nécessaire. L'éducation citoyenne a ainsi une place prépondérante pour que la Capitale soit digne de son statut. Une vaste campagne dans son sens paraît utile pour rappeler à tout un chacun son rôle et ses responsabilités dans la société.

Cette période de pluie a mis en évidence les problèmes vécus par la population de la Capitale dont notamment l'inondation pour certains quartiers et la montée des eaux pour d'autres. Tel est le cas dans les bas quartiers et dans les grands axes comme à Anosy, Mahamasina, Ampefiloha, Ankorondrano, Behoririka, Besarety ou Andravoahangy. Le curage des canaux et des dalles ainsi que la mise en place d'infrastructures d'évacuation d'eau figurent donc parmi les priorités. Néanmoins, les citoyens ont leur part de responsabilité dans la situation actuelle de leur ville.

La fluidité de la circulation est également souhaitée par la population de la Capitale. Un problème commun des grandes agglomérations qui  à défaut d'être éradiqué peut tout de même être diminué. Naina Andriantsitohaina, selon lui, possède des solutions pour réduire les embouteillages, les automobilistes s'impatientent du coup  de le voir à l'œuvre. Mais en  guise de contribution, ces derniers doivent suivre les réglementations en vigueur et respecter le code de la route. Il est inconcevable, par exemple, de constater les stationnements sauvages ou arrêts qui bloquent toute une voie de la circulation du côté d'Ankorondrano, 67 ha, Andrefan' Ambohijanahary et bien d'autres.

L'équipe communale a beau réaliser les infrastructures mais l'incivisme de certains doit être réprimandé.  De ce côté, plus d'un aspire à ce que le futur maire soit intransigeant à l'application des lois et ne fasse pas de populisme ni du clientélisme.

 C'est le prix à payer pour que la ville d'Antananarivo retrouve son lustre d'antan et devient dans quelques années, la plus belle Capitale de l'océan Indien. Une fierté de tous les Malagasy, qu'ils soient TIM, MAPAR, AREMA, côtiers, hauts-plateaux, chrétiens, musulmans ou athées…

La rédaction

Fil infos

  • Hery Frédéric Ranjeva - Parmi les meilleurs avocats en France en 2021
  • Nouvelle loi sur la communication - Silence assourdissant de l’OJM
  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier

La Une

Editorial

  • Prise de conscience générale
    « Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Il semble qu’on assiste en ce moment à un certain éveil de conscience de la masse populaire sur la dangerosité de cet implacable virus. En cause, la recrudescence des tristes chiffres de la pandémie du Covid-19. Quelquefois, le malheur fait bien des choses. Au début, lors de la première intervention du Chef de l’Etat Rajoelina, ce vendredi 19 mars 2020, annonçant les premiers cas de contamination à Madagasikara, presque tout le monde n’avait pas pris au sérieux le danger réel qui guette le pays. Les détracteurs professionnels ainsi que les éternels sceptiques qui trouvent toujours l’occasion de douter de tout ce que Zandry  Kely dit, ne cessent de le discréditer. Les partisans de ces apprentis sorciers jouant le rôle d’opposition sous-estiment le péril qui pèse sur le pays et véhiculent le message selon lequel le nouveau coronavirus n’était qu’une pure manipulation politique de…

A bout portant

AutoDiff