Publié dans Politique

Refus d'obtempérer - Ny Rado Rafalimanana fonce sur des gendarmes

Publié le dimanche, 02 février 2020

A Vohidiala sur la RN44, les éléments de la Gendarmerie nationale souhaitaient vérifier les papiers du véhicule transportant Ny Rado Rafalimanana. Ce qui devait être un simple contrôle de routine, comme opéré depuis les intempéries par la Gendarmerie nationale locale, a toutefois pris une toute autre tournure. Le candidat recalé à la dernière élection présidentielle et son convoi, constitué de trois véhicules, ont refusé d'obtempérer, raconte le colonel Randriamaharivo Herilala, commandant du groupement Alaotra Mangoro, au cours d'une interview par des confrères hier dans l'après-midi. Haussant le ton et affirmant que personne ne l'arrêtera, le leader de l'association « Ny Fanahy no maha olona » aurait mis en avant son statut de « diplomate », avant de prendre la poudre d'escampette en direction d'Amparafaravola sur la RN3a.

 

Alertée par cet incident, la hiérarchie au niveau de la Gendarmerie nationale a dû prendre des mesures. Un barrage routier a été installé à l'entrée de la ville d'Amparafaravola pour bloquer le convoi véhément. Prenant tous les risques pour franchir le barrage, Ny Rado Rafalimanana a refusé une nouvelle fois d'obtempérer et a foncé sur des gendarmes. Il a manqué de peu de faucher un agent en refusant de s'arrêter à ce barrage routier. L'agent dépositaire de l'autorité publique ne doit son salut qu'à un réflexe d'évitement, affirme, soulagé, le commandant de groupement d'Alaotra Mangoro.

Finalement, ce sera à Ambohijanahary, à quelques encablures de la ville de Tanambe, que les Forces de l'ordre ont réussi à arrêter, non sans mal, les véhicules du convoi de cet homme politique. La Gendarmerie nationale a positionné un véhicule agricole en travers de la route au niveau pour stopper le cortège. Invité à prendre contact avec le commandant du groupement de la Gendarmerie locale, Ny Rado Rafalimanana aurait fait preuve de mépris. Pour avoir enfreint la loi, Ny Rado Rafalimanana risquait gros. Le numéro Un de la Gendarmerie dans la Région Alaotra Mangoro affirme toutefois qu'un simple avertissement a été adressé au politicien pour cette fois-ci.

Le colonel Randriamaharivo Herilala précise que le refus d'obtempérer à un contrôle routier est une infraction grave, raison pour laquelle le convoi a été interpellé à Ambohijanahary. Le refus de s'arrêter à un contrôle routier est une infraction. Les gendarmes auraient pu faire usage de leurs armes de service à Amparafaravola. Chose que les éléments des Forces de l'ordre n'ont pas faite par respect du fihavanana malagasy, selon des précisions.

La question que se poseront évidemment les observateurs avertis de la vie publique malagasy est pour quelle raison Ny Rado Rafalimanana a littéralement provoqué les agents des Forces de l'ordre chargés des contrôles sur cet axe routier, allant même jusqu'à risquer sa vie et celle d'autrui? Véritable défiance envers les autorités ou envie de faire parler de lui ? Il faut en tout cas savoir qu'aucune restriction ou interdiction n'aurait été décrétée par les autorités concernant la distribution d'aides pour les sinistrés que prévoyait de tenir l'homme politique à Tanambe ce jour-là, selon les informations recueillies, et ce, contrairement à ce qu'affirme l'individu sur les réseaux sociaux.

Ny Rado Rafalimanana est défavorablement connu de l'opinion de par ses mensonges à répétition. Beaucoup ont encore en travers de la gorge la promesse d'aide non tenue par ce personnage envers une jeune femme souffrant d'une maladie grave. Notons que préalablement à cette distribution de vivres, le politicien avait affirmé avoir apporté depuis l'étranger des dons d'une contenance d'un avion-cargo. Pourtant, les images diffusées par le concerné hier montrent uniquement une cargaison contenue dans un véhicule pick-up…

La Rédaction

Fil infos

  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire
  • Coronavirus - Une prime de risque pour le personnel de santé
  • Mesures de restriction face au coronavirus - « Priorité à l’intérêt général », selon la CNIDH
  • Réquisition des Stations radio et TV - Dernier avertissement de Lalatiana Andriatongarivo

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff