Publié dans Politique

Education - Les ministres crèvent l'abcès

Publié le lundi, 03 février 2020

Parmi les départements où la corruption règne. Le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement technique et professionnel (MENETP) en fait partie. D'ailleurs, la nouvelle ministre récemment nommée à la tête de ce Département l'a confirmée dans son discours lors de la passation de service, vendredi dernier à Anosy. « La corruption domine au niveau de ce ministère, en haut lieu jusque dans les établissements scolaires. Cela figure parmi les 4 obstacles qui nuisent au développement du pays et du ministère », balance la ministre Rijasoa Iasintsambatra Andriamanana Josoa. A cela s'ajoute la gabegie perpétrée non seulement par les responsables ministériels mais également par les directeurs d'établissement et enseignants.

 

« Peu importe l'heure à laquelle je rentre au bureau, il n'y a pas de problème…Il n'y a aucun souci même si les résultats scolaires sont médiocres…, se disent certains d'entre- eux », imagine le numéro Un du MENETP. D'un autre côté, la jalousie entre collègues, entre les membres de syndicats et ceux des staffs, etc., persiste. A force de ''se mettre des bâtons dans les roues'', l'échec s'enchaîne, d'après la ministre. L'égoïsme constitue le 4e blocage. « J'intègre d'abord le domaine de l'éducation en tant qu'enseignant FRAM, pour ensuite être placé et obtenir un numéro matricule. Après, je crée un faux certificat médical pour pouvoir rejoindre Antananarivo, sans penser à mes élèves de la brousse », illustre-t-elle.

« Qui condamner dans ces cas, les « Vazaha » ? Non, chacun de nous en est responsable », s'adresse la ministre envers les directeurs, chefs CISCO, enseignants et syndicalistes. Comme la ministre entrante, celle sortante en la personne de Marie Thérèse Volahaingo a, elle aussi, crevé l'abcès auprès du MENETP.

« Ce ministère enregistre au total 24 syndicats. Leurs membres se battent pour leurs intérêts, même s'ils le font à l'envers des fois. En général, je peux vous dire que divers films se produisent au sein de ce ministère », prévient l'ancienne ministre. Plusieurs acteurs font de la pression, des intimidations voire du chantage pour avoir des faveurs, services et places. « D'autres, à l'exemple d'un membre du SEMPAMA, arrive même à raconter des histoires, genre la  ministre et la secrétaire générale sont en guerre froide, juste pour obtenir des points. Tout ceci sans parler des diffamations », ajoute-t-elle. La ministre sortante n'a pas manqué d'encourager celle entrante, en soif de changement radical, à bien choisir son équipe afin d'atteindre cet objectif. Quoi qu'il en soit, du pain sur la planche attend la nouvelle ministre, face aux maux au sein du MENETP…

La Rédaction

Fil infos

  • Coronavirus - Les numéros verts à utiliser à bon escient
  • Mesures de confinement - L’Etat durcit le ton !
  • Pandémie de Covid-19 - Des actes citoyens suspendus
  • Crédit bancaire - Un moratoire établi pour le remboursement
  • Le Président Rajoelina rassure les populations des Régions
  • Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes
  • Secteur privé - Les entreprises optent pour le congé obligatoire
  • Coronavirus - Une prime de risque pour le personnel de santé
  • Mesures de restriction face au coronavirus - « Priorité à l’intérêt général », selon la CNIDH
  • Réquisition des Stations radio et TV - Dernier avertissement de Lalatiana Andriatongarivo

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff