Publié dans Politique

Prévention contre le coronavirus à Madagascar - Tout passager venant de Chine refoulé systématiquement

Publié le lundi, 10 février 2020

Le risque de propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus en dehors de la Chine pourrait s’accélérer dans les prochains jours, selon l’Organisation mondiale de la Santé. Face à cette recommandation alarmiste de l’OMS, Madagascar a décidé de renforcer sa préparation. Des mesures draconiennes, pour éviter la propagation de cette maladie sur l’ensemble du territoire malagasy ont été prises. Madagascar a décidé que tous les passagers venant de la Chine ou y ayant transité dans les 14 jours seront refoulés immédiatement.

Cette disposition s’applique aussi aux passagers venant de Macao, de Taiwan et de Hong-Kong. La décision ne fait aucune exception entre les citoyens malagasy, les résidents et non-résidents. Tous sont logés à la même enseigne. Une exception est faite pour les passagers ayant quitté la Chine depuis plus de 14 jours qui peuvent être embarqués sans restriction. Une seconde exception est faite pour les passagers qui auront reçu au préalable une autorisation de voyage du ministère des Affaires étrangères. Ces derniers seront placés en quarantaine une fois à Madagascar, aux frais de l’Etat. La décision s’adresse principalement à toutes les compagnies aériennes desservant Madagascar, pour ne citer que Air Madagascar, Ethiopian Airlines, Air Mauritius, Kenya Airways, Air Austral, Turkish Airlines…

Tous les aéroports d’embarquement ou de transit vers Madagascar ont été mis au courant de la mesure prise. Si des passagers en provenance de la Chine se retrouvent par mégarde aux portes d’entrée de la Grande île, ce sera aux compagnies aériennes qui les ont transportés de faire en sorte qu’ils repartent d’où ils viennent. Des mesures similaires sont appliquées dans bon nombre d’Etat. Ces mesures qui limitent notamment la circulation des personnes est temporaire. Elles ont été prises compte tenu des capacités limitées en matière de riposte de la Grande île. Il y a quelques jours, le Gouvernement malagasy avait déjà enjoint les compagnies aériennes de ne pas transporter des passagers en provenance de la Chine ou ayant transité par ce pays. Des mesures de contrôle ont été mises en place au niveau des aéroports et des ports de la Grande île. Le personnel de Santé suit des formations continues. Pour l’heure, les dispositifs de contrôle sanitaire semblent fonctionner. Aucun cas n’a encore été enregistré à Madagascar.  Les personnes surveillées dans les centres hospitaliers universitaires de la Grande île sont tous rentrés chez eux. Le nouveau coronavirus a fait 908 morts en Chine continentale où le nombre des personnes infectées dépasse les 40.000, selon le bilan établi lundi par les autorités chinoises, confirmant une certaine stabilité dans la progression de l’épidémie.

La Rédaction

 

 

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff