Publié dans Politique

Escroquerie, faux et usage de faux, usurpation de fonction - Fleury Rakotomalala condamné à 5 ans de prison ferme et plus de 1,2 milliard de DI

Publié le mardi, 11 février 2020

Les verdicts pour deux plaintes pénales impliquant  Fleury Rakotomalala viennent de tomber hier au Tribunal d’Anosy. Dans l’affaire d’escroquerie, usurpation de fonction, faux et usage de faux, le sulfureux homme d'affaires  vient d’écoper d’une peine de 5ans de prison ferme ainsi que du paiement de 1 milliard 200 millions à titre de dommage et intérêt. Sa complice, qui n'est autre que sa femme, est condamnée à 5 ans d'emprisonnement avec sursis. Se croyant à l’abri de toute poursuite judiciaire en choisissant un exil volontaire en France, Fleury Rakotomalala est aujourd’hui rattrapé par son sombre passé.

 

Nous avons déjà relaté dans nos colonnes les détails de cette première affaire, mais pour un bref rappel, le dossier date de février 2017. Fleury Rakotomalala a laissé une facture impayée de 197.050.000 ariary soit 985.250.000 Fmg. Une somme qu’il devait à l’entreprise de location de matériels de  MMP-BTP qui a contracté avec la société JACO, dont il est le président directeur général.  Préférant volontairement  se soustraire au paiement de cette dette, l’homme a choisi de s’exiler en France. D’après toujours les éléments du dossier, la société JACO en question n'a pas une existence légale au regard du fisc (sans Numéro d'identification fiscale ou NIF) et finit par disparaître complètement de la circulation.

Une 2ème condamnation

Outre l’affaire d’escroquerie citée plus haut, Fleury Rakotomalala est également poursuivi de dénonciation abusive et de diffamation publique contre une éminente personnalité politique et un opérateur économique. Nul n’ignore, en effet, les nombreuses présumées « révélations » déblatérées par ce pseudo-politicien sur les réseaux sociaux. Des propos sans preuves destinés uniquement à salir l’image de plusieurs personnalités qui se trouvent actuellement à la tête et dans le cercle du pouvoir actuel. S’érigeant en donneur de leçon, ce personnage se permet même de critiquer les décisions et autres mesures prises par le régime dans l’unique but de « faire le buzz ». Pour cette seconde affaire, il a été condamné à 5ans de prison ferme avec versement d’une somme de 1 milliard de dommage et intérêt.

Comme il n'y a pas de cumul de peines d'emprisonnement à Madagascar, au final, Fleury Rakotomalala écope donc de 5 ans de prison ferme et doit payer 2,2 milliards de Fmg à ses victimes. Ces peines ont été prononcées avec émission de mandat d'arrêt à l'audience. L’application de ces sanctions judiciaires à l’encontre de cet individu ne devrait pas poser de difficulté étant donné la coopération judiciaire qui existe entre Madagascar et la France.

La Rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff