Publié dans Politique

Décentralisation - Nomination de deux nouveaux gouverneurs

Publié le mercredi, 12 février 2020

Le Conseil des ministres d’hier a pris le décret de nomination de deux nouveaux gouverneurs de régions. Vy Vato Rakotomaditra, ancien membre du Conseil supérieur de la Transition, est ainsi nommé gouverneur de la Région Vakinankaratra tandis que le Général Olivier Razafitsotra, officier supérieur au sein de l’Armée, est nommé gouverneur de la Région Vatovavy-Fitovinany. Ce qui monte le total de Régions ayant des gouverneurs à 13, à l’heure actuelle. Durant la première vague de nominations de gouverneurs au mois de septembre de l’an dernier, 11 personnalités avaient en effet été nommées.

Pour ne citer que les exemples de Rasoamaromaka Herilalaina, nommé gouveneur de la Région Analamanga, Lylison René de Rolland Urbain, nommé gouverneur pour la Région Sofia, Razafindrafito Lova Narivelo, gouverneur de la Région Haute Matsiatra ou encore Tokely Justin, nommé gouverneur de la Région SAVA.

9 Régions restent désormais sans gouverneurs. Il s’agit entre autres des Régions Bongolava, Amoron’i Mania, Ihorombe, Analanjirofo, Atsinananana, Betsiboka, Boeny, Melaky et Diana. Leur nomination ne saurait attendre. Ces gouverneurs veillent, à titre de rappel, au développement harmonieux et équitable de toutes les communes relevant de leur ressort territorial, notamment en priorisant les intérêts intercommunaux, selon le décret relatif aux gouverneurs. La nomination des gouverneurs fait partie des promesses présidentielles. Durant la campagne électorale, Andry Rajoelina s’est engagé à donner la même chance de développement pour toutes les collectivités territoriales décentralisées. Les gouverneurs nouvellement nommés ainsi que ceux qui ont été nommés, il y a quelques mois, ont, en tout cas, jusqu’aux prochaines élections régionales pour montrer de quoi ils sont capables.

Dans un autre registre, le Conseil des ministres d’hier a également pris plusieurs décrets de nomination au titre de quelques ministères. Au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, l’ancien secrétaire exécutif du Bureau national de Gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), le Général de Brigade Olivier Andriakaja Elack, grimpe les échelons puisqu’il vient d’être nommé directeur Général de cette entité. Au ministère de l’Economie et des Finances, l’ancienne présidente du Conseil national des marchés, Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, est nommée secrétaire générale du ministère de l’Economie et des Finances. Une pluie de nominations est notée au ministère de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics. La secrétaire générale, les directeurs généraux ainsi que la plupart des directeurs ont enfin été nommés. Le ministère de la Santé publique, ainsi que le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène se dotent également de nouveaux SG.

La Rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff