Publié dans Politique

Coronavirus - « Tsaradia » annule tous ses vols

Publié le mardi, 24 mars 2020

Eviter tout risque de propagation. L'Aviation civile de Madagascar (ACM) a émis une note  annonçant la suspension de tous les vols sur Antananarivo et Toamasina. Cette note résulte d'une annonce faite par le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, hier dans l'après-midi à Ivato. Tous les vols passagers sortant et entrant dans la Capitale et de Toamasina sont ainsi suspendus. Seul les vols  « ferry flight » ou sans aucun passager et les vols cargo sont autorisés. Cette mesure entre notamment dans le cadre des dispositions prises par l'Etat pour éviter toute propagation du Covid-19 dans les différentes Régions du pays.

Il ne faut pas oublier que toutes les liaisons par voie routière ont été suspendues. Face à cette mesure, tous les vols nationaux de « Tsaradia » sont ainsi annulés. « Antananarivo est le hub des vols domestiques. Avant de rejoindre les différentes Régions du pays, les avions doivent partir de la Capitale. Par conséquent, avec cette décision, nous sommes forcés d'annuler tous les vols. Il ne faut pas oublier qu'outre la question sanitaire, la question de rentabilité entre aussi en jeu. Nous devons également raisonner avec une logique économique pour limiter les pertes pour notre compagnie aérienne », a soutenu Andriamamonjy Rafanomezantsoa, directeur général de « Tsaradia », contacté au téléphone hier.

Ventes à perte

En effet, si tous les vols de la filiale domestique d'Air Madagascar n'étaient pas annulés, les avions devraient partir à vide d'Antananarivo, étant donné que tous les appareils y sont basés, de même que pour le retour. De ce fait, la compagnie sera soumise à des ventes à perte. En majorité, actuellement, les clients de « Tsaradia » voyagent surtout sur les liaisons incluant Antananarivo. Les liaisons secondaires comme Toliara - Fort-Dauphin ou encore Antsiranana -SAVA n'attirent pas beaucoup de passagers. Cette décision

a donc été prise pour le bien des passagers, mais aussi celui de la compagnie aérienne. De plus, il semblerait que l'équipage de « Tsaradia » refuse également d'assurer des services par crainte de la situation sanitaire qui prévaut dans le pays.

En tout cas, tout comme avec Air Madagascar, tous les passagers de « Tsaradia » pourront modifier la date de leur voyage respectif ou le reporter. « Mettre en vente les billets est aussi possible », notifie le DG de « Tsaradia ». Cette décision est entrée en vigueur depuis hier, jusqu'à nouvel ordre.

Rova Randria

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff