Publié dans Politique

Plan d'urgence social - Aides alimentaires et financières aux victimes de la crise - Paiement des factures d'électricité et d'eau échelonné - Report des déclarations pour les entreprises

Publié le mardi, 24 mars 2020

Lors de sa nouvelle allocution télévisée hier à 20 heures, le Président de la République a annoncé de nouvelles importantes mesures. Afin de soutenir les personnes impactées par les mesures prises dans le cadre du confinement partiel à Antananarivo et Toamasina, Andry Rajoelina a annoncé un plan d'urgence social pour les victimes de la crise. Une décision prise suite à une réunion avec le Premier ministre et les ministres concernés, tenue hier, précise-t-il.

 

Il a annoncé des aides alimentaires aux personnes impactées directement par les mesures prises par l'Etat dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, mais également aux personnes âgées et aux plus nécessiteux. Des aides alimentaires constituées notamment de riz, de l'huile, du savon, des compléments alimentaires, seront offertes quotidiennement par l'Etat. Les chauffeurs de transport en commun et leurs aides, les lessiveuses, les crieurs, les travailleuses de sexe, dont les revenus sont drastiquement réduits en raison de l'absence temporaire de travail, sont concernés par cette mesure. A entendre le Chef de l'Etat, la mesure concerne ceux qui sont affiliés à des associations. Durant cette période de confinement, ces aides seront directement apportées aux domiciles des concernés.

Une mesure similaire concerne également les personnes âgées et les sans-domicile, lesquels seront regroupés pour faciliter les aides. Outre l'aide alimentaire, des enveloppes seront également fournies à ces victimes de la crise. 10 milliards d'ariary seront débloqués en collaboration avec le Fonds d'intervention pour le développement afin d'aider les nécessiteux. Ce fonds sera redistribué à partir de la semaine prochaine. Les chauffeurs seront les premiers à en bénéficier. « Ce n'est que la première parmi d'autres mesures », précise Andry Rajoelina.

Sur un autre domaine, l'Etat entend également profiter de la période de confinement et de l'absence de circulation automobile pour procéder à la réfection des routes dégradées à Antananarivo et Toamasina. Parlant toujours de circulation, le Président confirme la décision de suspension de vols domestiques, annoncée dans la journée par le ministre des Transports. La reprise de ces vols pourra être rediscutée incessamment avec l'arrivée attendue ces prochaines heures des tests de dépistage rapide du coronavirus en provenance de la Chine.  Tous les passagers seront alors dépistés avant l'embarquement.

Par rapport aux « Tsena Mora », qui suscitent le débat à cause des attroupements de personnes qui y sont visibles, le Président se dit ouvert à la discussion quant à la réorganisation de la vente des produits à partir de ces lieux. Par ailleurs, Andry Rajoelina a annoncé la suspension du paiement des factures d'eau et d'électricité. Le paiement de ces factures pourrait être échelonné une fois que la crise sanitaire sera passée. Dans le même ordre d'idée, les remboursements des prêts auprès des banques sont reportés durant la crise. Le paiement des charges patronales auprès de la CNaPS et de l'OSTIE, ainsi que les mesures fiscales à mettre en place pour éviter que les entreprises procèdent à des chômages techniques seront également étudiés ce jour. Fervent chrétien, le Président Andry Rajoelina appelle enfin la population à consacrer un temps de prière face à la situation actuelle.

La Rédaction

Fil infos

  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle
  • Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine
  • Epidémie du Covid-19 - Les Evêques appellent à une utilisation rationnelle des réseaux sociaux
  • Iles éparses - Une médiation africaine réclamée par les députés
  • Lutte contre le Coronavirus - Le Covid-Organics intègre le « Solidarity Trial » de l’OMS
  • Propagation du Covid-19 en Alaotra-Mangoro - Le Premier ministre exige plus de rigueur
  • Lutte contre le coronavirus - Buvez Covid-Organics !
  • Crise sanitaire - Pause sur les dépenses utiles mais non prioritaires

La Une

Editorial

  • Insulte diplomatique !
    De l’orage en l’air ! Les relations entre Madagasikara et la France traversent une zone de turbulence … diplomatique. Au regard des faits, on n’est plus au stade « d’incident » mais plutôt « d’insulte » diplomatique avec en toile de fond dominant le vieux contentieux relatif aux Iles Eparses. La pomme de discorde dans les relations franco-malagasy.Le processus de décolonisation de Madagasikara n’a pas abouti comme il se devait. La France, l’ancienne puissance coloniale maintient, mordicus, dans le giron de la République les cinq petites iles situées autour de la Grande île. Déterminée contre tout, elle ne lâche jamais Juan de Nova, Europa, Bassas da India, l’ile Tromlin et les Glorieuses.A l’époque coloniale, les Iles Eparses au même titre que les myriades de micro-iles (Nosy Be, Sainte-Marie, etc.) se trouvaient dans l’ensemble « Madagascar et Dépendances ». Une juste disposition territoriale qui relève de la réalité géographique et d’une légitimité naturelle et historique.A l’accession du pays…

A bout portant

AutoDiff