Société

Rentrée scolaire perturbée et même incertaine pour les lycées publics de la Capitale. Plusieurs Syndicats d’enseignants au sein des lycées publics, dont l’Aneffa (Association nationale des enseignants fonctionnaires et Fram en activité), menacent de reprendre la grève. En effet, les revendications déposées depuis le moi de mai dernier auprès des responsables étatiques demeurent sans suite depuis plusieurs mois maintenant, malgré les affirmations de ces derniers de concrétiser les demandes.
Le motard, blessé lors d’une collision avec un « taxi-be »,  immatriculé 9210 TV, devant l’hôtel Le glacier, le jeudi 1er septembre dernier, se trouve actuellement dans une situation difficile. En effet, alors que les frais de son hospitalisation ne cessent de grimper en raison de la gravité de sa blessure, le propriétaire et le chauffeur du véhicule l’ayant embouti n’ont rien pris en charge jusqu’ici. Pire, en ne donnant plus signe de vie, ces derniers donnent l’impression de vouloir se défiler.
Samedi, les éléments de la Sûreté urbaine d’Antananarivo de la Police nationale ont arrêté six personnes pour trafic et usage de drogue dans le quartier des 67 ha. En effet, ces dernières ont détenu 40g de cocaïne et de 40g d’héroïne. Ces interpellations ont été rendues possibles grâce à un renseignement fiable mis à la disposition de la Police dénonçant cet usage illicite de drogue dangereuse. La suite du renseignement a conduit les limiers de la Police sur la piste d’un couple habitant le même quartier. Sans tarder, les policiers ont procédé à une perquisition chez les époux.
Des cris de joie pour certains, des pleurs et de la déception pour d’autres. C’est la scène vécue par une source locale à Toamasina, hier, après le déferrement devant le Parquet des neuf suspects dans le double meurtre d’un couple de jeune français dans l’île de Sainte-Marie, survenu le 20 août dernier. A l’issue d’une audition de 10 tours d’horloge, le juge a décidé de placer en détention provisoire 5 personnes dont l’ex-petit ami de Magalie, l’une des victimes, et le chef d’agence d’une banque de Sainte-Marie.
« 99 % des maisons ravagées par les flammes sont faites en bois. D’autres ont dû être démolies puisqu’elles ne sont plus habitables », informe le président du Fokontany d’Antohomadinika III G Hangar. En fait, l’incendie survenu dans cette localité, dans la nuit du dimanche dernier, a ravagé 7 maisons en bois sous-tôle. Toutefois, 3 autres maisons en dur ont également été endommagées. En tout, 64 personnes issues des 14 familles sinistrées sont désormais sans-abris, dont 28 adultes et 36 enfants. « Cette tragédie est due notamment au manque de sérieux des habitants.
Capacité d’accueil limitée. Seul le tiers des nouveaux bacheliers de cette année auront la chance d’ intégrer l’Université d’ Antananarivo. « Sur les 36 450 nouveaux bacheliers, 8 500 à 10 000 pourront poursuivre leurs études supérieures à Ambohitsaina », confirme le Professeur Panja Ramanoelina, président de ladite Université. Ainsi, la plupart des nouveaux diplômés devraient penser à rejoindre les Instituts supérieurs et Universités privées.
Un minibus « Mercedes Benz Sprinter » a fait une embardée avant de partir en tonneaux, hier vers 5h du matin à Soamahamanina, sur la Rn1.L’accident a provoqué la mort de deux personnes qui se trouvaient à l’intérieur du minibus, deux mères de familles âgées respectivement de 20 et de 45 ans. Ces dernières étaient assises à côté du conducteur, qui était indemne malgré une blessure à la tête. « Le véhicule a basculé par deux fois avant de glisser sur un côté.

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff