Publié dans Société

Confinement - Des barrages partout !

Publié le vendredi, 27 mars 2020


Sitôt après la déclaration du premier cas confirmé d’un sujet contact, hier dans l’après- midi, les Forces de l’ordre ont renforcé le contrôle dans les rues de la Capitale. En effet, durant les deux derniers jours, les Tananariviens ont négligé le confinement et sont sortis dans les rues, comme si de rien n’était.
Face à ce relâchement, les éléments des Forces de l’ordre se sont mobilisés et ont renforcé la surveillance. Tout le centre-ville ainsi que certains endroits comme Ankazomanga, 67 Ha, Antanimena et Alarobia ont été fermés à la circulation. Tous les véhicules qui devraient emprunter ces routes devront trouver d’autres issues, puisque tous les passages ont été bloqués. Face aux grognes des automobilistes, les policiers ont avancé qu’ils ont reçu l’ordre de fermer plusieurs axes. Seuls, les journalistes et les agents du Centre de commandement opérationnel Covid-19 ont le droit de circuler librement durant la journée.
D’après le directeur du ministère de la Communication et de la Culture, l’autocollant de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM) doit figurer sur les véhicules concernés et les journalistes doivent également se munir de leur carte de presse. Durant son intervention au Centre de commandement opérationnel Covid-19, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation a d’ailleurs rappelé qu’Antananarivo est en état d’urgence sanitaire. Par conséquent, ils sont obligés de sanctionner tous ceux ne respectent pas les dispositions mises en place. Hier matin, il a de nouveau invité les Tananariviens à rester chez eux, particulièrement ceux qui circulent encore au marché des « Petites vitesses ». Effectivement, des commerçants y ont encore poursuivi leurs activités, malgré l’interdiction. Sur ce, les Forces de l’ordre ont été obligées de passer à la vitesse supérieure en fermant le marché.
Face à la menace de propagation de cette pandémie, la population n’est pas toujours consciente du danger qui pèse sur elle. D’ailleurs, c’est à cause de l’entêtement des habitants à sortir de leur domicile que beaucoup de pays dans le monde se trouvent actuellement dans un état critique où des centaines de morts sont recensés chaque jour.
Anatra R.
 

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff