Publié dans Société

Coronavirus à Madagascar - Les familles des prisonniers s’inquiètent

Publié le mardi, 31 mars 2020


En ces temps où la pandémie de coronavirus n’épargne pas notre pays, les proches des détenus, aussi bien ceux d’Antanimora ou de Tsiafahy ou bien d’autres encore,  s’inquiètent vivement pour plusieurs raisons. Ils craignent que ces prisonniers soient trop vulnérables au COVID-19 si jamais il y aurait des contaminations de masse, promiscuité oblige. La raison à cela, c’est que la distance sanitaire d’un mètre imposée, ne sera jamais respectée, étant donné la situation de surpopulation carcérale qui caractérise le pays.
Deuxio, les familles s’interrogent sur la survie des prisonniers vu la restriction de la circulation observée actuellement. Puisqu’il n’existe pratiquement pas de transport en commun, encore moins de taxis-ville, elles n’auront donc jamais le moyen d’apporter, comme il se doit régulièrement de la nourriture à un proche en détention. Faute d’une livraison familiale, la crainte est  donc justifiée par  la médiocre qualité de nourriture proposée par l’administration pénitentiaire aux détenus, enfin  ses éventuels impacts négatifs sur leur santé, surtout si la situation perdure.
Tertio, la question médicale est aussi un des sujets de crainte à ne pas minimiser. Les détenus souffrant d’antécédents médicaux ou d’une quelconque maladie héréditaire, et lesquels ont besoin d’un traitement : les diabétiques, les asthmatiques, les allergies ou autres problèmes de tensions artérielles, notamment dans le cas d’hypertension, se verront dans l’angoisse d’être privés de leur traitement. Les proches s’interrogent si l’administration pénitentiaire serait au moins en mesure de répondre à ces besoins en médicaments des patients.
Quarto, les questions d’hygiène suscitent aussi de l’inquiétude. Comment les détenus pourront-ils se procurer de savon pour se laver, étant donné que tout contact avec l’extérieur a été pour le moment banni.  Les familles se demandent aussi qu’avec l’interdiction aux visiteurs de pénétrer dans le périmètre du centre de détention, les détenus éprouveront de la difficulté pour obtenir des vêtements de rechange. Mais sur ce point, l’organisation est déjà passée au peigne fin. Les gardes pénitentiaires sont chargés de ce genre de mission.  
Quinto, les proches des détenus s’inquiètent de la cohabitation des seconds avec des prisonniers d’origine étrangère, notamment ceux qui venaient d’être emprisonnés. Ces détenus étrangers sont soupçonnés d’être des porteurs sains du virus, bien qu’ils soient testés négatifs. C’est bien le cas de le dire à propos de ce ressortissant espagnol, qui a dû être récemment examiné à Anosiala Ambohidratrimo.
Enfin, ces prisonniers étrangers eux-mêmes sont inquiets du fait qu’avec les mesures de restriction actuelle, ils risquent de voir leur période de détention se prolonger encore. Inutile de parler de l’angoisse de leurs proches restés dans leurs pays d’origine.
Franck R.
 

Fil infos

  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère

La Une

Editorial

  • CVO, qu'on se le dise !
    Des voix s'élèvent en Côte d'Ivoire, pays de l'Afrique occidentale, région subsaharienne, pour dénoncer l'efficacité du Covid-Organics (CVO) tout en balançant des propos injurieux, frisant la calomnie, à l'endroit du Chef de l'Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina.  

A bout portant

AutoDiff