Publié dans Société

Violent choc à Analakely - Une femme enceinte dans un état critique

Publié le vendredi, 29 mai 2020

A la fois écœurant et révoltant ! C’est ce qu’on a pu qualifier de la réaction unanime des observateurs de la place à propos de cet accident survenu vers les premières heures du matin, en plein centre d’Analakely hier. Sur le bitume, une femme gisait au milieu de la chaussée. Près de sa tête s’épanchait du sang, témoignant ainsi de la violence du choc après qu’une moto l’a fauchée. Le comble, c’est que la piétonne est enceinte de quelques mois.

 

D’ailleurs, la malheureuse, qui n’avait personne pour l’accompagner, a momentanément perdu connaissance. Et qu’il a  alors fallu la transporter d’urgence à l’HJRA où elle a été immédiatement admise en réanimation. Lorsque nous nous sommes enquis de son état, une source hospitalière s’est contentée d’annoncer qu’il serait  assez critique, et qu’elle ne pouvait encore se prononcer sur l’affaire, l’urgence de la prise en main, devant être la priorité. Ce qui fait qu’elle serait toujours dans un service d’urgence de cet hôpital.

Mais que s’était-il passé au juste ? Certains ont avancé qu’en raison de la vitesse avec laquelle il était lancé, le motocycliste n’aurait pas pu voir la femme et anticiper le heurt lorsque celle-ci s’est engagée au milieu de la voie pour la  traverser. Il n’existe qu’une certitude : elle a été   attrapée par cette  moto à un moment où elle l’a attendue le moins. Sans doute, aurait-elle également hésité à couper la voie ? Nul ne le sait vraiment.

Tard jusque vers le début de la soirée, hier, la brigade des accidents de la police (Tsaralalàna) a affirmé n’avoir toujours reçu aucune plainte, ni de la part de la victime, encore moins de ses proches. Et que ce service de police n’a été toujours pas saisi de ce dossier. Cela sous-entendrait-il que le motocycliste en cause, est en liberté, du moins en attendant que la famille de la victime ne porte plainte contre lui ? Affaire à suivre.

Franck R.

Fil infos

  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère

La Une

Editorial

  • CVO, qu'on se le dise !
    Des voix s'élèvent en Côte d'Ivoire, pays de l'Afrique occidentale, région subsaharienne, pour dénoncer l'efficacité du Covid-Organics (CVO) tout en balançant des propos injurieux, frisant la calomnie, à l'endroit du Chef de l'Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina.  

A bout portant

AutoDiff