Publié dans Société

Ambohimahasoa - Un farouche défenseur de la sécurité sauvagement assassiné

Publié le dimanche, 28 juin 2020

« … Lui régler définitivement son sort ! ». C’est ce que les proches d’Alain Rakotobe, alias Radidy, la quarantaine, ont qualifié du comportement de ceux qui l’ont assassiné, samedi après-midi dernier à Ambohimahasoa. En effet, ce quadragénaire, et non moins chef de famille,  fut plutôt  connu comme ayant été un farouche défenseur de la sécurité dans la Commune rurale de Manandroy où il résidait. « Au village, lors d’un raid des dahalo, Radidy n’hésite pas souvent à s’opposer par la force aux assaillants. C’est ce qui s’était d’ailleurs produit samedi dernier, bagarre qui lui était malheureusement fatale », déplore le frère de la victime.

 

Samedi après-midi dernier, des bandits qui auraient sûrement attendu le moment opportun pour régler son sort à leur adversaire, l’ont  assassiné en faisant feu sur lui avant de lui poignarder. L’agression est survenue à l’entrée de sa petite Commune où la victime allait rejoindre son foyer après avoir effectué quelques achats à Ambohimahasoa.

Transporté d’urgence dans un centre de soins, le malheureux n’a pas tenu le coup et a succombé avant même que les médecins n’aient pu tenter quoi que ce soit pour le sauver. «  Sur son corps, les plaies laissées par les impacts des balles ainsi que d’autres encore occasionnées par les coups de couteau, sont trop importantes », confie le proche du défunt.

A ce dernier de déplorer également que les agresseurs auraient été identifiés, depuis longtemps. De plus, ces derniers auraient maintes fois menacé de tuer le quadragénaire. Mais que les agresseurs peuvent circuler librement, faute de plainte, ni action judiciaire permettant de les épingler. Enfin, notre interlocuteur de s’adresser au dirigeant du pays pour qu’il se penche sur le sort de l’épouse et des enfants du défunt du fait des menaces qui pèseraient également sur ces derniers.

Franck R.

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff