Publié dans Société

Mort suspecte à Mahavoky-Besarety - Le corps d’un manutentionnaire retrouvé à bord d’un camion garé

Publié le mardi, 30 juin 2020

Peut-on parler d’une mort suspecte ? Hier matin, le corps sans vie d’un homme d’une trentaine d’années, de son vivant manutentionnaire, a été retrouvé à bord d’un camion en stationnement, dans lequel le malheureux était censé dormir à Mahavoky-Besarety. Il a travaillé  pour le compte d’un quincaillier du quartier et près duquel le poids-lourd en question, fut garé. Son rôle a consisté à colporter des sacs de ciment. Un décès mystérieux car l’on n’a pu trouver aucune trace de blessure, ni de coup sur le trentenaire, du moins lors d’un premier constat. Mais de quoi aurait-il donc pu mourir ainsi alors que le concerné, au restant de ses jours, était assez bien portant.

 

A entendre le témoignage d’un collègue de la victime, celle-ci aurait souffert d’une insupportable pression psychologique. « Il n’aurait plus dû supporter ce qu’il a lui-même considéré comme un harcèlement, lié à une accusation supposée de vol et dont il faisait l’objet. Il nous a maintes fois expliqué qu’il n’a pas volé comme ses accusateurs lui soupçonnaient. Plusieurs fois, il nous a parlé de son désir de partir. Hier soir, vers 19h après le travail, il était monté, comme à ses habitudes,  dans le camion,  tout en répétant son vœu de quitter l’endroit. Sans doute, aurait-il fait une crise pendant la nuit ? Et c’était la dernière fois que nous l’avons vu en vie », explique ce collègue du trentenaire. D’après toujours une version des autres manutentionnaires, une voiture avait été cambriolée au cours de la nuit du dimanche dernier. Sa batterie avait disparu. Depuis, certains ont nourri leur soupçon sur le tâcheron, et qui avait l’habitude de passer ses nuits dans ce camion garé dans le périmètre.

Selon un constat médical, son décès aurait dû survenir lundi dernier vers minuit. Et ce n’était qu’hier matin que ses collègues l’ont trouvé dans cet état. Tard dans le milieu de la journée, le Bureau municipal d’hygiène (BMH) s’est finalement mobilisé en vue de transférer la dépouille à la morgue. Une enquête est ouverte.

Franck R .

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff