Publié dans Société

Assassinat d’un loueur de voiture - 4 incriminés placés sous MD à Tsiafahy, 3 autres ont obtenu une LP

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

Le sort des incriminés dans l’assassinat barbare du chauffeur-propriétaire d’une Hyundai Starex de location est provisoirement scellé. 4 prévenus considérés comme  auteurs ou complices de l’homicide ont été jetés à la prison de Tsiafahy, et ce, à titre provisoire, dans l’attente d’un procès. Par ailleurs, 3 autres dont une femme ont obtenu la liberté provisoire.Prévues au cours de la journée du mardi dernier, les auditions par le juge d’instruction des 7 personnes impliquées, n’ont eu finalement lieu et ne se sont donc terminées qu’hier après-midi au Tribunal d’Anosy. Les vacances judiciaires expliquent en partie cet ajournement de l’instruction du dossier. Ce qui fait que les concernés ont dû croupir encore dans leurs cellules de détention policière jusqu’à ce que l’affaire n’ait ainsi évolué de façon inattendue.

Rappelons que les accusés ont réussi à faire mordre à l’hameçon le conducteur de la Starex avec cette histoire de location« bidon » à dater du 8 janvier dernier. Leur piège paraissait ainsi comme une machine bien huilée car le transporteur était loin de se douter que l’annonce qu’ils ont faite sur Facebook à propos de leur soi-disant volonté de louer le véhicule, allait être par la suite fatale !

En acceptant de se rendre avec le véhicule au rendez-vous qu’ils lui ont fixé près du CDA à Andohatapenaka le mardi 10 janvier suivant, le malheureux était donc loin de réaliser qu’ils allaient l’éliminer quelques moments à peine après cela. Effectivement, c’était le cas. Heureusement que la Police et la gendarmerie se sont cette fois montrés plus solidaires pour coordonner les recherches. De plus, la technologie leur allait être d’une aide précieuse. Les traçabilités du Starex furent un succès grâce à l’entrée en lice du système de guidage électronique GPS.

C’était de cette manière que les traces du véhicule furent localisées du côté de Mahavelona à Ankazobe où les tueurs s’étaient d’ailleurs débarrassés du cadavre de la victime. Ces traçabilités leur aidant, il était plus facile aux Forces de l’ordre de remonter, l’une après l’autre, les pistes des suspects où c’était la dame qui fut épinglée la première. Elle serait une amie intime d’un des tueurs supposés. La balle est donc maintenant dans le camp de la Justice pour trancher sur le sort des 4 principaux incriminés dans cette affaire.

Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff