Publié dans Société

Ambohidrapeto - Le CEG en proie à un incendie dévastateur

Publié le jeudi, 24 janvier 2019

Le CEG d’Ambohidrapeto Itaosy était le théâtre d’un incendie dévastateur mercredi soir. Deux salles de classe ainsi que le bureau du surveillant général ont été ainsi les plus touchés. Toutes les archives ou autres dossiers scolaires, le mobilier constitué essentiellement des tables et des bancs ainsi que d’autres matériels, étaient partis en fumée. Tout a commencé vers 21h lorsque des témoins ont affirmé avoir vu des langues de flammes ainsi qu’une volute de fumée sortir de la toiture. Cette situation ainsi que l’odeur âcre qui s’en dégageait ont alarmé les riverains. Du coup, tous se sont donné la main afin de tenter de circonscrire le feu avec les moyens du bord, et ce, jusqu’à l’arrivée des sapeurs-pompiers dépêchés de Tsaralalàna. Ces derniers ont dû travailler sans relâche. Au bout de deux heures ou presque de cette lutte acharnée, ils   ont pu finalement maîtriser la situation. Une source émanant du personnel enseignant affirme que personne n’a vu l’incendie se déclarer, l’agent de sécurité inclus. C’étaient ces flammes et toute cette fumée  qui ont déclenché l’alerte, côté riverains.  Les enseignants du CEG se félicitent donc de la rapidité de l’intervention des sapeurs-pompiers.

Sinon, les choses auraient pu se présenter plus dramatiques. Pour le moment, l’hypothèse d’un criminel semble être la plus privilégiée. A preuve, on n’en trouve aucune trace d’un éventuel court-circuit sur les bâtiments. Ce qui laisse croire donc que, depuis la rue principale,  les auteurs du forfait auraient lancé un objet incendiaire,  qui a atterri sur un angle du toit de l’établissement. De toute façon, le fait que l’école publique en question ne soit équipée d’aucun dispositif de sécurité sauf une clôture,  leur a facilité la tâche.  Cependant, seule l’enquête des Forces de l’ordre permettra de confirmer ou non le caractère criminel de cet incendie. Cette situation a profondément affecté les parents d’élèves. Ils craignent qu’elle aille avoir de fâcheuses conséquences sur les études de leurs progénitures par le fait que le local fut amputé de cette salle de classe, sans parler de la perte des dossiers ou autres classements lesquels dépend l’avenir de ces élèves.

Franck Roland

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff