Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Eboulement à Tsimialonjafy-Mahamasina - Les derniers corps ramenés sur la terre ferme

Publié le vendredi, 25 janvier 2019

Une semaine ou presque de recherches inlassables,  les corps des quatre victimes  enfouis sous terre à la suite du terrible éboulement survenu à Tsimialonjafy-Mahamasina, ont été tous finalement retrouvés. Les deux derniers, ceux d’un couple, et qui ont posé le plus grand problème aux sauveteurs, ont été dégagés des décombres dans la soirée du jeudi 24 janvier. Ce qui ramène donc à 16 le nombre des victimes tuées à la suite des intempéries dans le pays. 

« Le cadavre de la femme était remonté en surface en premier vers 21h. Ce n’était seulement que deux heures après que celui de son mari fut à son tour retrouvé. L’extirpation des dépouilles des malheureux ont ainsi marqué la fin de ces recherches particulièrement longues et ardues », a déclaré le commandant Randrianarisoa, le chef de corps des sapeurs-pompiers à Tsaralalàna. Bien que les restes humains récemment dégagés des décombres soient déjà en état de décomposition avancée, les sauveteurs ont pu encore les identifier. Les pompiers, les militaires (Etat-major) et le Corps de protection civile (CPC), les policiers, les gendarmes, sans oublier tous les volontaires comme les scouts (« Fanilo ») ou autres, ont donc pu finalement crier victoire.

 

D’après le commandant, la tâche des sapeurs-pompiers a été rendue difficile par le fait qu’un  monticule d’environ 4 mètres de hauteur, a totalement submergé l’endroit où les deux cadavres furent piégés. Et pour cause, le glissement de terrain proprement dit. Mais celui-ci a ensuite rasé les habitations des victimes comme par effet domino. Ce qui veut dire que les éboulements ont créé un chaos, sinon un bouleversement total de la configuration initiale du terrain où étaient bâties les maisons. Certes, la fin des travaux de sauvetage et de recherche était annoncée triomphalement, du moins côté pompiers. Il reste encore pour eux de peaufiner le travail de post-sauvetage sur les lieux. Selon toujours leur chef de corps, qui a encadré ses hommes du début jusqu’à la fin de cette mission particulièrement difficile et périlleuse, les pompiers doivent retourner encore à Tsimialonjafy, et ce, dès hier même. La reconnaissance et autres contrôles sont la prochaine phase de leur intervention sur place. L’objectif est de prévenir une éventuelle survenue d’autres drames. « Nos éléments sont partis en reconnaissance dans tous les recoins de la hauteur de Tsimialonjafy pour tenter de déceler des rochers ou autres terrains qui menacent encore de provoquer des éboulis. Il faudra donc  les enlever ! », a-t-il continué. Un bref rappel des faits s’impose. Dans la soirée de samedi dernier, des éboulements de terrain ont provoqué la destruction de 4 maisons dans le quartier de Tsimialonjafy. Les pertes sont lourdes, et plus particulièrement pour cette petite famille de 4 personnes où seule la mère a pu en réchapper, son époux et ses 2 enfants ayant péri dans le drame.

Franck Roland

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff