Publié dans Société

Détention provisoire abusive des femmes - Amnesty International secoue l’affaire à l’occasion du 8 mars

Publié le vendredi, 08 mars 2019

A Madagascar, la surpopulation carcérale est de plus en plus inquiétante. Actuellement, les 82 prisons du pays comptent 20 000 détenus alors que leur capacité maximum d’accueil est de 10 000 prisonniers. Cette surpopulation carcérale est due en grande partie aux nombreuses détentions préventives devenues monnaie courante dans le pays. La situation pour les femmes en est pareille puisque leurs conditions de détention dans les prisons n’en sont pas meilleures. A l’occasion de la célébration de la Journée internationale des femmes, le 8 mars, Amnesty International publiera un article concernant la détention provisoire abusive des femmes à Madagascar. Tamara Leger,  conseillère du programme Madagascar du bureau, s’est chargé elle-même de sa publication. Elle a visité les établissements pénitentiaires du pays où des personnes sont maintenues en détention provisoire prolongée sans justification suffisante, en violation de leurs droits fondamentaux à avoir un procès équitable et rapide. Une triste histoire d’une mère originaire d’Antsirabe a été utilisée pour illustrer le cas dans la Grande île.

« Quand le mari d’Onorine est décédé, elle a décidé de prendre soin de ses quatre enfants issus d’un autre mariage. Onorine, âgée de 56 ans a donc amené leurs actes de naissance devant un tribunal pour officialiser les choses. Mais en arrivant là-bas, les policiers lui ont dit que les certificats étaient faux, et ils l'ont arrêtée. En août 2017, plus de deux ans après son arrestation, elle a rendu visite à Onorine, qui était toujours en détention dans l'attente d'un procès. Les enfants étaient livrés à eux-mêmes. Pendant la discussion à la prison d'Antsirabe, Onorine a décrit le désespoir ressenti après avoir tenté de maintenir la sécurité de ses enfants. « Les quatre enfants de mon mari, ainsi que les miens sont en difficulté… Ils ne vont pas à l’école, ce sont des vagabonds. Je suis seule ici, je souffre vraiment… Je pense que c’est parce que je suis pauvre que le juge ne m’a jamais cru », a-t-elle déclaré.

Plusieurs cas similaires

A travers Madagascar, des centaines de femmes comme Onorine ont passé des années en détention, soupçonnées d'infractions mineures, souvent sans preuves à leur encontre. N'ayant aucune perspective de procès à court terme et aucune possibilité de consulter un avocat, ces femmes n'ont aucune chance de se défendre et ne peuvent rien faire d'autre que d'attendre dans des conditions horribles et surpeuplées, se demandant si un jour elles vont parvenir à rentrer chez elles. La représentante d’Amnesty International se souvient : « Depuis que j’ai visité les prisons de Madagascar, j’ai du mal à oublier les histoires des femmes que j’ai rencontrées là-bas. En octobre 2017, sur les 994 femmes détenues à Madagascar, 696 étaient en détention provisoire. Cela signifie que 70% de la population carcérale féminine totale n'a été accusée d'aucun crime. L'ampleur de cette injustice est stupéfiante. La majorité des femmes à qui j'ai parlé à Madagascar n'avaient pas eu accès à un avocat. Elles n'avaient pas assez de nourriture ou d'accès aux soins de santé. Beaucoup de femmes étaient enceintes et d'autres avaient du mal à s'occuper de leur bébé ou de leur jeune enfant. Il était douloureux de regarder des enfants commencer leur vie dans des cellules sombres et peu hygiéniques. La situation des femmes telles qu’Onorine est tout aussi douloureuse qui, séparées de leurs enfants pendant de longues périodes, vivent dans une crainte constante de leur bien-être ». Et elle d’ajouter,

« Dans un système de justice pénale qui fonctionne bien, les personnes accusées de crime ne sont détenues que lorsque cela est absolument nécessaire. Elles ont gratuitement accès à un avocat si elles n'ont pas les moyens de payer et sont jugées rapidement. Et, dans les décisions qui concernent les enfants, l’intérêt supérieur de ces enfants doit être la considération primordiale. Mais à Madagascar, un système judiciaire défaillant signifie que des femmes, même lorsqu’elles sont avec des enfants, finissent par passer des mois voire des années en détention avant d’être inculpées de crime ou innocentées. »

La plupart des femmes que j'ai rencontrées à Madagascar avaient été arrêtées pour des infractions mineures telles que le vol de poulets; d'autres étaient en prison simplement parce que leurs maris ou leurs proches étaient suspectés de crimes. Amnesty International continuera de demander au Président Andry Rajoelina de faire face à la crise de la détention provisoire à Madagascar, et montrer au monde qu'il est déterminé à changer le bilan médiocre de son pays en matière de droits humains. Les prisons sont censées détenir des personnes qui ont été reconnues coupables de crimes, et non garder des individus en attente de procès dans une impasse juridique, les privant de leur famille et de leurs moyens de subsistance pendant des années. Le système judiciaire malgache a échoué, et par conséquent, la vie des femmes prévenues est mise en suspens. Pour les femmes prévenues dans les prisons de Madagascar, la Journée internationale de la femme est une autre journée d’attente pour que justice soit rendue.

Recueillis par T.A.

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff