Publié dans Société

Détention provisoire abusive des femmes - Amnesty International secoue l’affaire à l’occasion du 8 mars

Publié le vendredi, 08 mars 2019

A Madagascar, la surpopulation carcérale est de plus en plus inquiétante. Actuellement, les 82 prisons du pays comptent 20 000 détenus alors que leur capacité maximum d’accueil est de 10 000 prisonniers. Cette surpopulation carcérale est due en grande partie aux nombreuses détentions préventives devenues monnaie courante dans le pays. La situation pour les femmes en est pareille puisque leurs conditions de détention dans les prisons n’en sont pas meilleures. A l’occasion de la célébration de la Journée internationale des femmes, le 8 mars, Amnesty International publiera un article concernant la détention provisoire abusive des femmes à Madagascar. Tamara Leger,  conseillère du programme Madagascar du bureau, s’est chargé elle-même de sa publication. Elle a visité les établissements pénitentiaires du pays où des personnes sont maintenues en détention provisoire prolongée sans justification suffisante, en violation de leurs droits fondamentaux à avoir un procès équitable et rapide. Une triste histoire d’une mère originaire d’Antsirabe a été utilisée pour illustrer le cas dans la Grande île.

« Quand le mari d’Onorine est décédé, elle a décidé de prendre soin de ses quatre enfants issus d’un autre mariage. Onorine, âgée de 56 ans a donc amené leurs actes de naissance devant un tribunal pour officialiser les choses. Mais en arrivant là-bas, les policiers lui ont dit que les certificats étaient faux, et ils l'ont arrêtée. En août 2017, plus de deux ans après son arrestation, elle a rendu visite à Onorine, qui était toujours en détention dans l'attente d'un procès. Les enfants étaient livrés à eux-mêmes. Pendant la discussion à la prison d'Antsirabe, Onorine a décrit le désespoir ressenti après avoir tenté de maintenir la sécurité de ses enfants. « Les quatre enfants de mon mari, ainsi que les miens sont en difficulté… Ils ne vont pas à l’école, ce sont des vagabonds. Je suis seule ici, je souffre vraiment… Je pense que c’est parce que je suis pauvre que le juge ne m’a jamais cru », a-t-elle déclaré.

Plusieurs cas similaires

A travers Madagascar, des centaines de femmes comme Onorine ont passé des années en détention, soupçonnées d'infractions mineures, souvent sans preuves à leur encontre. N'ayant aucune perspective de procès à court terme et aucune possibilité de consulter un avocat, ces femmes n'ont aucune chance de se défendre et ne peuvent rien faire d'autre que d'attendre dans des conditions horribles et surpeuplées, se demandant si un jour elles vont parvenir à rentrer chez elles. La représentante d’Amnesty International se souvient : « Depuis que j’ai visité les prisons de Madagascar, j’ai du mal à oublier les histoires des femmes que j’ai rencontrées là-bas. En octobre 2017, sur les 994 femmes détenues à Madagascar, 696 étaient en détention provisoire. Cela signifie que 70% de la population carcérale féminine totale n'a été accusée d'aucun crime. L'ampleur de cette injustice est stupéfiante. La majorité des femmes à qui j'ai parlé à Madagascar n'avaient pas eu accès à un avocat. Elles n'avaient pas assez de nourriture ou d'accès aux soins de santé. Beaucoup de femmes étaient enceintes et d'autres avaient du mal à s'occuper de leur bébé ou de leur jeune enfant. Il était douloureux de regarder des enfants commencer leur vie dans des cellules sombres et peu hygiéniques. La situation des femmes telles qu’Onorine est tout aussi douloureuse qui, séparées de leurs enfants pendant de longues périodes, vivent dans une crainte constante de leur bien-être ». Et elle d’ajouter,

« Dans un système de justice pénale qui fonctionne bien, les personnes accusées de crime ne sont détenues que lorsque cela est absolument nécessaire. Elles ont gratuitement accès à un avocat si elles n'ont pas les moyens de payer et sont jugées rapidement. Et, dans les décisions qui concernent les enfants, l’intérêt supérieur de ces enfants doit être la considération primordiale. Mais à Madagascar, un système judiciaire défaillant signifie que des femmes, même lorsqu’elles sont avec des enfants, finissent par passer des mois voire des années en détention avant d’être inculpées de crime ou innocentées. »

La plupart des femmes que j'ai rencontrées à Madagascar avaient été arrêtées pour des infractions mineures telles que le vol de poulets; d'autres étaient en prison simplement parce que leurs maris ou leurs proches étaient suspectés de crimes. Amnesty International continuera de demander au Président Andry Rajoelina de faire face à la crise de la détention provisoire à Madagascar, et montrer au monde qu'il est déterminé à changer le bilan médiocre de son pays en matière de droits humains. Les prisons sont censées détenir des personnes qui ont été reconnues coupables de crimes, et non garder des individus en attente de procès dans une impasse juridique, les privant de leur famille et de leurs moyens de subsistance pendant des années. Le système judiciaire malgache a échoué, et par conséquent, la vie des femmes prévenues est mise en suspens. Pour les femmes prévenues dans les prisons de Madagascar, la Journée internationale de la femme est une autre journée d’attente pour que justice soit rendue.

Recueillis par T.A.

Fil infos

  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs
  • Représentations extérieures de Madagascar - 18 postes d'ambassadeur, trois représentants permanents, trois consulats généraux  à pourvoir
  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements

La Une

Editorial

  • Ntsay, le maestro !
     Au fil des jours, des semaines et mois, Ntsay Christian se confirme de façon incontestée à son poste. Qui aurait cru que cet ancien haut fonctionnaire du Bureau international du Travail (BIT)  en poste à Antananarivo serait encore là où il est, au palais de la Primature à Mahazoarivo. Nommé le 4 juin 2018 en tant que Premier ministre de « consensus », ce natif du grand Nord, 58 ans révolus, à la surprise générale, maîtrise les arcanes de l’Administration. Normalement, prévu pour ne durer que le temps d’organiser l’élection présidentielle anticipée, Ntsay y reste toujours un an et deux mois après et contre toute attente son aura augmente imperturbablement en envergure. Le mouvement des « 73 députés pour le changement » en avril 2018 porta un coup fatal pour le régime HVM de Rajaonarimampianina Hery. Trop habitués à … taper contre tout mouvement de contestation, Rajao et ses acolytes commirent l’irréparable ce jour…

A bout portant

AutoDiff