Publié dans Société

Palais des sports à Mahamasina - Quand des policiers agressent des journalistes

Publié le lundi, 20 mai 2019

Samedi dernier, un officier de police, ex-journaliste, a insulté publiquement un reporter-photographe et a ordonné la confiscation de son appareil photo. Dans le feu de l’action, ce dernier a été blessé et son outil de travail est endommagé. Quelques secondes avant le dernier coup de sifflet, des policiers en tenue civile venus pour assister à la deuxième demi-finale du « Smatching » au Palais des sports, Mahamasina, ont eu une dispute sous les regards attentifs des journalistes qui ont été présents. Un reporter-photographe du quotidien « Free news » a eu le reflexe de les prendre en photo. L’un des éléments des Forces de l’ordre, un officier de police, et qui s’avère être un ex-journaliste fait-diversier,  a remarqué ce geste et s’est précipité vers lui pour arrêter la prise. Des insultes avec des gros mots lui ont été adressés pour qu’il rende son appareil photo et efface le cliché. Pourtant, le journaliste s’est défendu et a exigé une explication.

Au lieu de régler la mésentente à l’amiable, l’officier soutenu par ses subordonnés en uniforme, pris de colère, a ordonné à des éléments de l’Unité d’intervention rapide (UIR) de lui arracher cet appareil photo. Toutefois, pour un maintien solide de l’appareil et afin de le transporter plus facilement, le photographe a enroulé la sangle de celui-ci autour de son bras. Par conséquent, il a été emporté avec l’appareil au moment où un élément de  l’UIR le lui a ôté violemment. De plus, ce policier n’a pas hésité à le saisir par l’objectif avant, sans se soucier de son importance ni de sa valeur. Après avoir traversé les chaises en tombant, le reporter-photographe s’est blessé sur l’avant-bras et dans la partie de sa jambe antérieure. Et quelque temps après, il a commencé à avoir d’autres douleurs. Quant à l’appareil photo, il a subi un gros choc avant d’être saisi. En outre, l’une des deux autres femmes journalistes-reporters assises à ses côtés, a été également touchée. Elle a fini par atterrir sous la chaise. Après cette violente altercation, les éléments de l’UIR se sont emparés de l’appareil photo qui renferme toutes les images se rapportant aux reportages dudit photographe au cours de la journée du samedi, en se dirigeant vers la porte de la sortie. Quant au reporter photographe blessé, il a informé sur l’heure son patron de presse. Entre-temps, des menaces ont été encore lancées. Un policier qui vient de reprendre service et n’ayant pas été présent au moment des faits, a même avancé que les journalistes tentent d’empirer cette affaire. Il suffit juste de récupérer l’appareil photo sans faire toute une histoire, a-t-il suggéré.

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

La Une

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff