Publié dans Société

Trois cadavres repêchés d’une rivière - Des officiers militaires et des hommes de troupe à Tsiafahy

Publié le lundi, 10 juin 2019

Les 27 militaires de l’opération de sécurisation du Sud, trempés dans l’affaire se rapportant sur la découverte macabre de trois corps dans la rivière de l’Onive, dans le District d’Antanifotsy, le matin du 31 mai dernier, ont été déférés au Parquet vendredi dernier. Selon une information encore officieuse, 10 d’entre eux, à savoir deux officiers ainsi que 8 hommes de troupe auraient été écroués à Tsiafahy à titre provisoire.

 

« Nous n’avons pas le droit  d’interroger des officiers de l’Armée. Ce qui explique le fait que le Tribunal d’Anosy a été de facto saisi du dossier. Mais une chose est sûre : le déferrement de ces officiers ne s’était achevé que très tard dans la nuit du vendredi et nous n’en avions été informés que vers minuit », a-t-on-appris du côté d’Ankadilalana.

Du côté du service de communication de l’Armée, il a précisé n’avoir pas été non plus officiellement informé sur le sort des 10 militaires. « Puisque nous sommes un jour férié (Ndlr, lundi hier), nous avouons n’avoir pas encore reçu aucune confirmation officielle sur ces incarcérations à Tsiafahy. Mais nous n’excluons pas non plus la véracité de cette information », s’est exprimée une source de ce côté-là.

Néanmoins, le doute semble n’être plus permis lorsque le ministère de la Défense s’est exprimé récemment sur cette affaire. Il a particulièrement insisté sur le fait que les exactions, si elles sont avérées, sont loin d’être tolérées pour tout militaire en cause. Ces militaires ont été pointés du doigt parce que c’est eux qui ont arrêté le 20 mai dernier les 3 suspects pour des affaires de banditisme et de détention illégale d’armes, et qui étaient  retrouvés plus tard assassinés, pieds et poings liés dans cette rivière. La confusion est telle qu’une autre version avance que les trois auraient eu mailles à partir avec des villageois pour une affaire foncière, qui, pour mieux les enfoncer, les ont accusés de posséder des armes de façon illicite.

Franck Roland

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff