Publié dans Société

Trois cadavres repêchés d’une rivière - Des officiers militaires et des hommes de troupe à Tsiafahy

Publié le lundi, 10 juin 2019

Les 27 militaires de l’opération de sécurisation du Sud, trempés dans l’affaire se rapportant sur la découverte macabre de trois corps dans la rivière de l’Onive, dans le District d’Antanifotsy, le matin du 31 mai dernier, ont été déférés au Parquet vendredi dernier. Selon une information encore officieuse, 10 d’entre eux, à savoir deux officiers ainsi que 8 hommes de troupe auraient été écroués à Tsiafahy à titre provisoire.

 

« Nous n’avons pas le droit  d’interroger des officiers de l’Armée. Ce qui explique le fait que le Tribunal d’Anosy a été de facto saisi du dossier. Mais une chose est sûre : le déferrement de ces officiers ne s’était achevé que très tard dans la nuit du vendredi et nous n’en avions été informés que vers minuit », a-t-on-appris du côté d’Ankadilalana.

Du côté du service de communication de l’Armée, il a précisé n’avoir pas été non plus officiellement informé sur le sort des 10 militaires. « Puisque nous sommes un jour férié (Ndlr, lundi hier), nous avouons n’avoir pas encore reçu aucune confirmation officielle sur ces incarcérations à Tsiafahy. Mais nous n’excluons pas non plus la véracité de cette information », s’est exprimée une source de ce côté-là.

Néanmoins, le doute semble n’être plus permis lorsque le ministère de la Défense s’est exprimé récemment sur cette affaire. Il a particulièrement insisté sur le fait que les exactions, si elles sont avérées, sont loin d’être tolérées pour tout militaire en cause. Ces militaires ont été pointés du doigt parce que c’est eux qui ont arrêté le 20 mai dernier les 3 suspects pour des affaires de banditisme et de détention illégale d’armes, et qui étaient  retrouvés plus tard assassinés, pieds et poings liés dans cette rivière. La confusion est telle qu’une autre version avance que les trois auraient eu mailles à partir avec des villageois pour une affaire foncière, qui, pour mieux les enfoncer, les ont accusés de posséder des armes de façon illicite.

Franck Roland

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff