Publié dans Société

Tanjombato - Deux vendeurs illicites d'armes arrêtés

Publié le lundi, 01 juillet 2019

Dimanche après-midi dernier, les éléments du Commissariat central de Tanjombato ont fait tomber dans leur piège deux suspects pour trafic d'armes dans le secteur dit « Ambany Andrefana », un quartier de la banlieue sud de la Capitale. Par ailleurs, un troisième suspect, le supposé acheteur, a réussi à prendre la fuite. Ce dernier était prévu réceptionner un fusil Mab pour 1,4 million d'ariary des deux supposés trafiquants d'armes.

 

Tout a démarré par un renseignement provenant d'un informateur qui a requis l'anonymat. Ce dernier a informé la Police à propos du funeste projet des deux premiers suspects domiciliés à Antsobolo et à Ambohibahiny, Tanjombato. Leur projet en question devrait consister à revendre justement une arme dans le quartier de Tanjombato et ses environs.

Sitôt informés, les limiers du Commissariat de ladite localité de banlieue se sont mobilisés. Ils se sont organisés afin de prendre en filature et enfin de piéger les suspects. Outre cela, les Forces de l'ordre ont procédé à des fouilles sur les motos qui ont emprunté l'axe.

C'était dans ces circonstances que les deux individus soupçonnés de trafic d'armes étaient finalement tombés dans le piège des Forces de l'ordre. Effectivement, ils avaient bel et bien le pistolet automatique Mab ainsi que 13 munitions, le tout sans aucune autorisation de port d'arme. La Police les a ainsi embarqués vers le Commissariat central de Tanjombato pour une enquête.

A la lumière de cette affaire, il est clair que les trafiquants locaux cherchent à tout prix à écouler discrètement les armes de contrebande sur le marché noir, bravant ainsi la loi en vigueur et l'énorme risque encouru en cas d'arrestation,  comme c'est le cas pour ces deux suspects de Tanjombato.  Leur action va totalement à contre-sens de la sensibilisation de tous les citoyens en détention illégale d'armes à feu pour les remettre aux autorités.

Franck Roland

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff