Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Catholiques de Madagascar - Deux nouvelles nominations par le pape François

Publié le lundi, 08 juillet 2019

Une grande nouvelle pour les croyants de la Capitale, à savoir ceux de l’Eglise catholique. Deux grandes nouvelles nominations, notamment dans le diocèse d’Antananarivo et de Moramanga ont été réalisées hier. Le pape François a en effet nommé le père Jean-Pascal Andriantsoavina, évêque auxiliaire d’Antananarivo. Ce bibliste âgé de 50 ans était jusqu’à présent recteur du séminaire philosophique interdiocésain d’Antsirabe.
Né à Mitsinjo, dans le diocèse de Mahajanga le 24 mars 1969, le père Jean-Pascal Andriantsoavina a commencé en 1961 à fréquenter le Séminaire propédeutique. En 1992, il est entré dans le Grand séminaire philosophique d’Antsirabe pour des études philosophiques. C’est en 1997 qu’il est passé au Grand séminaire interdiocésain d’Antananarivo pour achever ses études théologiques. Il a été ordonné prêtre le 5 aout 2000. Après son ordination, il a exercé les ministères notamment du vicaire de la cathédrale d’Antananarivo et chapelain du Mouvement eucharistique des jeunes (2000-2001), de l’aumônier de la Jeunesse de l’Archidiocèse (2001-2003),  des études près l’Institut pontifical biblique de Rome achevées par une licence en Ecriture sainte, et une résidence au Collège pontifical Saint Pierre (2003-2007), du préfet des Etudes du Grand séminaire philosophique interdiocésain d’Antsirabe (2011-2019). Depuis mars 2019, il collabore en paroisse et s’occupe de la traduction de la Bible de Jérusalem en langue malagasy.



Enseigner la foi

Pour ce qui est de la deuxième nomination, l’évêque de Rome et chef de l’Eglise catholique a également nommé Monseigneur Rosario Saro Vella, âgé de 67 ans, évêque du diocèse de Moramanga. Ce dernier est connu par tout le monde par Mgr Saro et il est l’ancien évêque d’Ambanja. Né le 8 mai 1952 à Canicatti en Sicile, Mgr Saro Mgr Vella est italien et est entré chez les salésiens, où il a prononcé ses vœux religieux en 1968 et a été ordonné prêtre en 1979. Deux ans plus tard, il est envoyé comme missionnaire à Madagascar. De 1982 à 1995, il était un curé de paroisse à Ankililoaka. De 1989 à 1990, il fut maître des novices, puis de 1995 à 2007, exerçait en tant que curé dans différentes paroisses. Benoît XVI l’a nommé évêque d’Ambanja en 2007. Il a également été professeur de patristique au séminaire majeur interdiocésain d’Antsiranana. Le siège épiscopal de Moramanga était vacant depuis la nomination de l’ancien évêque, Mgr Gaetano Di Pierro, à la tête du diocèse de Farafangana, en mars 2018. Cela fait 11 ans qu’il effectue son chemin dans l’évangile. Il devient maintenant le nouvel évêque du diocèse de Moramanga.  Pour rappel, l’évêque est considéré par l’Eglise catholique comme successeur des apôtres. Et à ce titre, il est Docteur de la foi, chargé de l’enseigner et de la transmettre avec fidélité. Il exerce ses fonctions spirituelles au sein d’une circonscription appelée diocèse. Il réside dans la ville où se trouve sa cathédrale. L’évêché est le bâtiment abritant la résidence de l’évêque et ses services. Il se trouve le plus souvent dans la même ville que la cathédrale du diocèse.
Recueillis par T.A.

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff