Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Société

Plan sectoriel de l’éducation - L’examen du CEPE finalement maintenu

Publié le jeudi, 11 juillet 2019

Un ouf de soulagement pour la plupart des parents. Ces derniers se sont montrés réticents quant à la suppression de l’examen du CEPE (Certificat d’études primaires élémentaires), prévue dans le cadre de la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’éducation (PSE). « L’examen officiel du CEPE sera maintenu, malgré la mise en œuvre du PSE », souligne le Pr Félicitée Rejo- Fienena, ministre par intérim de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MENETFP). C’était hier au Carlton Anosy, en marge de l’ouverture de la revue sectorielle conjointe du démarrage du PSE.

Cette décision ravit non seulement les parents d’élèves mais aussi les enseignants. « Ma fille pourra finalement passer son premier examen officiel l’année prochaine. Nous étions angoissés à l’idée de la  suppression du CEPE avancée ces dernières années, une décision qui pourrait impacter sur sa motivation et notre fierté. Heureusement que le Gouvernement actuel a su éviter le pire », se soulage Minosoa R., mère de famille résidant à Bemasoandro Itaosy.

Rappelons qu’au début, la suppression du CEPE aurait dû se faire depuis l’année scolaire 2017-2018, si l’on tient compte des informations évoquées durant les consultations régionales et nationales dans le cadre de la mise en œuvre du PSE, en 2016. Ce premier examen officiel a pu encore se faire en 2018 et cette année 2019, avec l’ajournement de son annulation prévu à partir de 2020. Mais au final, le CEPE est maintenu.

Vers la mise en œuvre de l’ancien calendrier scolaire ?

Outre la suppression du CEPE, le basculement du calendrier scolaire est un sujet de polémique dans la mise en œuvre du PSE. En fait, l’objectif était d’arriver à ce que l’année scolaire se fasse entre mars et décembre. Pour ce faire, la rentrée scolaire a débuté en octobre en 2017 puis en novembre en 2018 pour s’achever respectivement en juillet et août.

Les examens officiels se déroulent en juillet, aout et septembre. Ces derniers temps, les parents d’élèves et enseignants ont exprimé leurs mécontentements, notamment sur les réseaux sociaux, en critiquant ce calendrier scolaire. Selon les critiques, celui-ci est à la fois trop long et inadéquat au contexte actuel, en dehors de la dégradation des résultats scolaires. Ils ont même demandé le retour de l’ancien calendrier scolaire, appliqué depuis des années avant le PSE. « Le Gouvernement n’accepte pas le fait que les grandes vacances se tiennent durant la saison des pluies. Aussi, le cycle de 9 ans sera maintenu », avance le ministre de tutelle. Toutefois, la mise en œuvre de l’ancien calendrier scolaire sera débattue durant les 3 jours d’atelier à Anosy.

« Depuis le début de la mise en œuvre du PSE, les écoles catholiques n’étaient pas enthousiastes à l’idée d’un changement de l’année scolaire. Nous avons lutté et espérons que le calendrier scolaire reviendra à la normale, après cette revue », s’exprime le Père Guy Noel Andrianantoanianina, de la DIDEC (Direction diocésaine des écoles catholiques) d’Antananarivo.

Pour information, les 3 jours de rencontre à Anosy voient la participation de divers acteurs de l’éducation, depuis le préscolaire jusqu’à l’enseignement supérieur en passant par le primaire et le secondaire. Les membres de la société civile ainsi que les représentants des partenaires techniques et financiers y sont aussi présents. Le but étant d’évaluer les 2 premières années de mise en œuvre du PSE, y compris les réalisations, les failles et les perspectives…

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff