Publié dans Société

Prestations sociales de la CNaPS - L’allocation familiale révisée à 6000 ariary

Publié le jeudi, 18 juillet 2019

Une hausse de 1000 ariary. L’allocation familiale, parmi les prestations sociales offertes par la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS), s’élèvera à 6000 ariary par enfant par mois à partir du mois d’août prochain, quel que soit le rang. C’est ce que la délégation de la Caisse a annoncé lors de la formation sur la sécurité sociale dispensée aux responsables de l’Eglise luthérienne (FLM), récemment à Toamasina. Le montant de cette prestation mensuelle a été fixé à 5000 ariary depuis le 1er mars 2018, alors qu’il était de 2000 ariary pendant des années.

Cette nouvelle hausse annoncée ravit les allocataires. « Je ne m’attendais pas à une nouvelle augmentation de l’allocation familiale, surtout en l’espace d’un an. En 15 années de service, j’ai toujours touché 6000 ariary par mois au total pour mes 3 enfants. Ce montant a augmenté à 15 000 ariary par mois depuis 2018. Avec cette nouvelle révision à la hausse, je toucherai 18 000 ariary par mois prochainement », nous confie Narindra R., jeune cadre auprès d’une entreprise sise à Andraharo. Comme toutes les prestations sociales, les bénéficiaires devront déposer leurs demandes pour recevoir le montant révisé de l’allocation familiale. Des imprimés y afférents sont disponibles gratuitement auprès des agences de la CNaPS dans toute l’île. Notons que l’âge limite des enfants pouvant bénéficier d'allocations familiales est de 21 ans.

Une quarantaine de religieux de la FLM formée

Offrir une sécurité sociale pour tous les travailleurs malagasy. La CNaPS renforce ses activités, dont celles de proximité ainsi que les collaborations avec diverses entités, pour y arriver. Son partenariat avec la FLM se concrétise par une série de formations pour les employés de cette entité religieuse. Durant la récente session à Toamasina, une quarantaine de religieux à savoir les pasteurs, catéchistes et employés d’église dirigés par le président synodal Toto Rija Chrysostome Joseph ont été formés sur les droits des travailleurs et les obligations des employeurs. Parmi les 5 grands axes, la pension de vieillesse et les rentes en cas d’accident de travail ont été les thèmes les plus intéressants, à en croire les participants. Selon les informations recueillies, les employés de la FLM à Toamasina n’ont pas perçu leurs droits depuis 2 ans. La tenue de cette formation pourrait changer cette situation, d’autant plus que le président synodal de l’Eglise luthérienne sur place a affirmé que « la FLM est prête à affilier son personnel au sein de la CNaPS ». A la fin de la formation, les participants ont tous reçu un guide manuel et un DVD contenant les procédures à suivre en cas de déclaration nominative des salaires, de demande de prestations, etc. Ils étaient motivés à l’exemple du pasteur FLM venant de Mananara Nord, qui a été obligé de voyager pendant 2 jours malgré l’état piteux des routes.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Ministère des Affaires étrangères - Naina Andriantsitohaina prend congé de ses collaborateurs
  • Fondation d'Andry Rajoelina - Feu vert de la HCC
  • Changement climatique - Madagascar parmi les plus vulnérables
  • Naina Andriantsitohaina - Désormais libre pour la bataille municipale !
  • Loi sur la communication médiatisée - Le Conseil du Gouvernement adopte l'avant-projet de loi sans amendements
  • Face aux enjeux électoraux - Le bateau TIM fait eau de toutes parts
  • Fin de mandat à la Mairie - 18 bourdes de Lalao Ravalomanana dévoilées
  • Football- Fédération nationale - Nicolas Dupuis à la tête de la direction technique
  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants

La Une

Editorial

  • Etat riche !
    Ntsay Christian, le Premier ministre de consensus, dès le moment où il débarqua à Mahazoarivo, au palais de la Primature, jugea nécessaire l'assainissement de l'Administration. Dans le viseur du PM, le patrimoine de l'Etat dont le parc automobile se trouve, en premier lieu, en ligne de mire. Nanti d'une volonté politique inébranlable, le nouveau Premier ministre a eu le courage d'ouvrir la boîte de Pandore.  

A bout portant

AutoDiff