Publié dans Société

ESM Ampandrana - « Aucun diplôme délivré en trois ans », reconnait le directeur

Publié le mardi, 06 août 2019

Depuis 2016, l’Ecole supérieure de multimédia (ESM) sise à Ampandrana n’a délivré aucun diplôme de technicien supérieur (DTS). Ces dernières semaines, l’un de ses étudiants s’est plaint sur le réseau social Facebook de ne pas avoir reçu son diplôme au terme de ses études. Il a même qualifié cet institut supérieur « d’école pas sérieuse ». Face à de tels propos, Randrianarimalala Lanto Erick, directeur général de l’ESM a tenu à apporter des explications. D’après ses dires, en réponse à la demande du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle de renouveler l’accréditation et l’homologation de tous les instituts supérieurs dont l’ESM, la délivrance des diplômes a été suspendue en 2016. Avec l’élaboration du dossier technique à remettre qui a requis la consultation des responsables hiérarchiques ainsi que les allers-retours au ministère de tutelle pour les corrections, tout cela a duré trois longues années. Entre-temps, la formation s’est toujours poursuivie et les mémoires de fin d’études ont été soutenus. Cependant, des procès-verbaux signés par les représentants ministériels ont été enregistrés en guise d’engagement du ministère à la délivrance des diplômes.  Suite à la visite du ministère en charge de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle pour contrôle de conformité en 2018, l’ESM a reçu un avis favorable pour reprendre la délivrance des diplômes. Dans environ un mois, tous les étudiants concernés de  l’ESM vont ainsi s’en servir. La Direction prévoit également d’organiser une cérémonie de sortie de promotion pour les étudiants attendant impatiemment leur DTS.

Par ailleurs, le nombre de diplômés sortants de cet établissement ne représente qu’un quart des inscrits. « A l’issue des 4 semestres, les étudiants sont envoyés en stage professionnel et la plupart d’entre eux sont embauchés. Et les employeurs du secteur accueillant 90 % de nos étudiants priorisent la compétence plutôt qu’un diplôme. Or, en cas d’utilité, les étudiants doivent disposer d’au moins 6 mois de leur temps pour préparer leur mémoire, ce qui nécessite un emploi du temps trop chargé pour les salariés. En outre, la difficulté dans la rédaction de mémoire rencontrée par nos apprentis constitue également l’une des raisons de ce faible taux de réussite », avance le directeur général de l’ESM. A titre d’information, l’Ecole supérieure de multimédia a commencé à dispenser de la formation en informatique, production audiovisuelle et service multimédia en décembre 2005. Après deux années d’exercice, elle a reçu son agrément et a rempli toutes les conditions  nécessaires pour assurer la soutenance des mémoires ainsi que la délivrance des diplômes.
 K.R.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff