Publié dans Société

Religion musulmane - L’« Aïd el-Kébir » célébrée en grande pompe

Publié le dimanche, 11 août 2019

« La grande fête ». Telle est la signification de l’« Aïd el-Kébir », également appelée « Aïd el- Adha » ou la fête du sacrifice. Les musulmans du monde entier ont célébré cette tradition bien ancrée depuis hier. Les pratiquants de l’Islam à Madagascar n’étaient pas en reste, en participant à un grand rassemblement au stade Makis d’Andohatapenaka. Une rencontre de prière et de réjouissance, avant de poursuivre les festivités avec les membres des familles et les communautés musulmanes. L’« Aïd el-Kébir » a été célébrée en grande pompe bien qu’elle ne constitue pas l’un des 5 piliers de l’Islam. Il s’agit d’une fête du pardon et du partage, porteuse de tolérance, de sérénité et de paix. Rappelons que le Gouvernement malagasy l’a décrété comme jour férié, chômé et payé depuis cette année, avec l’« Aid al Fitr » ou la fin du mois sacré du Ramadan, en début juin dernier. Mais cette fois-ci, la fête tombe un dimanche.


Des pèlerins malagasy
L’« Aid el-Kébir » ou encore le « Tabaski »,  correspondant à la fin du pèlerinage à La Mecque. Chaque année, une centaine de Malagasy musulmans participent à ce « Hadj », l’un des 5 piliers de l’Islam selon lequel « s’il le peut, matériellement et physiquement, tout musulman doit faire, au moins une fois dans sa vie, un pèlerinage à La Mecque, en Arabie Saoudite ». Ils font partie des 2,5 millions de musulmans issus des pays du monde à effectuer ce pèlerinage annuel au titre de 2019. Selon nos sources, des agences se spécialisent dans l’organisation de ce « voyage d’une vie pour les musulmans ». Chacun d’entre eux devrait disposer d’au moins 10 millions d’ariary pour y participer, incluant le visa « Hadj », le transport, la restauration et l’hébergement. Construite sur une vallée désertique et interdite aux non-musulmans, La Mecque abrite la Kaaba, une structure cubique drapée dans une étoffe noire brodée d’or, au cœur de la Grande Mosquée. C’est vers elle que les musulmans du monde entier se tournent pendant leurs 5 prières quotidiennes. Les pèlerins doivent effectuer 7 tours de la Kaaba à 3 reprises lors des 5 ou 6 jours que dure le « hadj », dont la date d’ouverture correspond à un délai de  2 mois après la fin du Ramadan, selon l’article paru dans « Le Monde ». Le « Hadj » est un ensemble de rites codifiés qui se déroulent au cœur de la ville sainte de l’Islam et ses  environs.
 Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff