Publié dans Société

Bourse d’études en Chine - Une quarantaine d’étudiants malagasy bénéficiaires

Publié le jeudi, 22 août 2019

Pour l’année universitaire 2019-2020, 40  nouveaux étudiants malagasy représentant les six provinces et respectant le genre vont  poursuivre leurs cursus universitaires dans  29 universités chinoises. Ayant décroché la bourse  d’études  octroyée par le Gouvernement chinois, ces talentueux vont se répartir dans les filières aéronautique, génie civil, ingénierie minière, informatique, finance, gestion,  diplomatie et traduction. Et ils vont y passer trois ans d’études au minimum. La sélection a été passée par deux étapes. « Une commission interministérielle a été chargée de traiter tous les dossiers déposés. Et c’est au Gouvernement chinois de les valider après par la suite» explique Raharimanana Marie, secrétaire permanent la Commission nationale des bourses extérieures (CONABEX). D’après ses propos, des critères  de sélection ont été imposés pour avoir cette liste finale des boursiers malagasy. La  sélection s’est notamment portée sur les compétences des étudiants à savoir la maitrise parfaite de la langue anglaise justifiée par un certificat. A cela s’ajoute l’obtention des diplômes de Licence et Master pour les candidats postulant en doctorat. Selon toujours ce secrétaire permanent  du CONABEX, 400 à 600 demandes de bourse à l’étranger sont traitées auprès de cette institution sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESUPRES).

Et 300 d’entre elles constituent des dossiers à destination de la Chine. « La partie chinoise fournira encore à l’Afrique plus de bourses d’études  gouvernementales et sera prête à accueillir  un nombre plus   important d’Africains  dans des séminaires de formation, afin de former pour  l’Afrique plus de professionnels dans divers  domaines » promeut Yang Xiaorong, ambassadeur de Chine à Madagascar.  Dans son discours, elle a souhaité que les étudiants malagasy puissent, à travers les expériences d’études en Chine, enrichir leurs connaissances professionnelles et approfondir  la compréhension sur la Chine afin d’apporter une plus grande  contribution au développement de Madagascar.  Une réflexion  qui a  été appuyée par la Professeure Blanche Nirina Richard, numéro un du MESUPRES. Dans sa prise de parole, elle a attiré les attentions des  boursiers à revenir dans le pays une fois les études terminées pour partager les acquis dans  le cadre professionnel.  Il est à noter que depuis la coopération éducative entre Madagascar et le Gouvernement chinois, plus de 700 étudiants malagasy au total y ont pu faire des études universitaires grâce à cette bourse. A cela s’ajoutent les 2000  Malagasy bénéficiant des stages  de formation concernant différentes filières.
 Recueillis par  K.R.

Fil infos

  • Violence économique, viol conjugal, outrage sexiste - Les victimes désormais protégées
  • Immeubles R+4 à Ivato - Le Président Rajoelina pose les premières pierres
  • Trésor public malagasy - L’ancien DG emporté par l’affaire Audi A6
  • Violences basées sur le genre - L’avenir des victimes entre les mains des députés
  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs

La Une

Editorial

  • Tana-Masoandro, enjeux et défis
    Quelque peu éclipsée par les élections du 27 novembre et les démarches incontournables relatives à la « récupération » des îles éparses, les « îles Malagasy », la construction de la Ville nouvelle « Tana-Masoandro » passe tant soit peu sous silence. Non pas parce qu'elle est reléguée au second plan mais on ne peut ou ne doit pas courir sur deux lièvres à la fois, il a fallu organiser et mettre de l'ordre dans la mise en marche des actions. Un minimum que les dirigeants doivent être capables d'agencer.  

A bout portant

AutoDiff