Publié dans Société

Braquage raté à Antsahamanitra - Deux des six présumés braqueurs éliminés

Publié le vendredi, 23 août 2019

Deux suspects exécutés en recevant des balles dans leur crâne et visage, et deux policiers blessés ! C’est le bilan de ces scènes violentes en relation avec une action du Service anti-gang de la Police (SAG), hier matin. Cette action meurtrière des Forces de l’ordre, est survenue respectivement à Antsahamanitra et à Ampefiloha, hier vers 9h du matin. A un intervalle de quelques minutes seulement, elles ont eu un échange de tirs avec les 6 présumés membres d’une bande armée. Ces derniers ont répliqué aux tirs, une situation qui a été finalement fatale pour deux d’entre eux.

 

Avec quatre femmes dans leurs rangs, les suspects, qui avaient déjà la Police à leurs trousses,  ont circulé en double montée sur quatre motos : un scooter, un moto-cross et deux Bol-d’Or.  Ils ont alors pris en filature la voiture d’un particulier qui a tranquillement gravi la rue en pente à Antsahamanitra. L’homme qui était dans le véhicule devrait verser un fonds dans une  banque se trouvant dans le secteur. C’est donc sur cette rue que le sang allait gicler pour la première fois quand les suspects étaient sur le point d’intercepter et de braquer l’occupant de la voiture. Car au même moment, quatre éléments du SAG à bord d’un véhicule banalisé et qui ont pris en chasse le gang sont intervenus afin de le neutraliser.

Puisque les assaillants ont presque aussitôt ouvert le feu, la Police a fait autant. Plusieurs témoins furent terrorisés. Les armes ont crépité. « Nous avons entendu plus de 6 détonations. Les gens ont paniqué », raconte une bureaucrate. Encore choquée, une riveraine partage son avis. « J’ai pris peur car j’étais persuadée que la fusillade allait faire perdre des vies tant elle était violente », dit-elle. Les deux femmes avaient raison car quelques moments après, un corps gisait dans une mare de sang sur le macadam, juste en face du portail du théâtre de verdure d’Antsahamanitra. Il s’agit de celui d’un agresseur tandis que ses acolytes ont réussi à s’échapper. Preuve que les escarmouches ont été assez brutales, deux membres des Forces de sécurité ont été blessés. L’un d’eux l’est au niveau du crâne, selon le directeur de la Police, un peu plus tard à l’HJRA, Ampefiloha.  

Dans la confusion totale, un assaillant a, lui aussi, réussi à prendre la fuite sur son scooter. Il a rapidement pris la rue en sens inverse et en trombe. Mais là encore, la Police a pris le fugitif en chasse. La course-poursuite s’est terminée de façon tragique à Ampefiloha, du moins pour le fuyard. A son tour, il fut mortellement touché par les balles des Forces de l’ordre juste près de la voie ferrée à Ampefiloha.

Toujours lors de son entrevue avec la presse à l’HJRA, le DG de la Police nationale a expliqué que ces bandits tués ont été depuis longtemps recherchés pour d’autres faits de banditisme. Ce dernier précise que la traque des autres fugitifs se poursuit et la perspective d’une autre action musclée de la Police, n’est pas à écarter.

Franck Roland

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff