Publié dans Société

Travailleurs migrants - Les conditions se dégradent !

Publié le lundi, 09 septembre 2019

Des milliers de salariés malagasy recensés dans les îles de l'océan Indien. Ces travailleurs migrants s'exercent dans les secteurs du textile, pêche, « call center » ou encore dans les bâtiments et travaux publics à Maurice, Seychelles ou encore La Réunion et Mayotte. Bon nombre d'entre eux se plaignent toutefois du non respect du contrat de travail et de la dégradation des conditions. « J'ai été hospitalisée pendant une semaine à cause d'un accident vasculo-cardiaque, mais les employeurs n'ont rien voulu savoir.

Ils ont coupé 5 jours de paie sur mon salaire et m'a aussitôt rapatriée à Madagascar après mon hospitalisation. J'ai touché aucune indemnité, juste 1 mois de salaire, alors que j'ai travaillé pendant presque 3 ans dans l'entreprise », nous confie Arlette R., employée sous contrat d'une entreprise franche à Maurice, jusqu'à son rapatriement au mois de février dernier. Comme elle, bon nombre de travailleurs migrants œuvrent dans des conditions déplorables, sans parler des insultes et menaces, mais ils n'osent pas en parler. « On ne sait pas où se plaindre ni quoi faire, faute de protection. Beaucoup d'entre nous attendent la fin du contrat pour rentrer à Madagascar. D'autres, ne supportant pas la situation, démissionnent quitte à rentrer au pays sans aucun sou », se désole Lucie R., ex ressortissante malagasy à Maurice.

Des stratégies syndicales à adopter

Les plaintes augmentent quant au non respect des droits des travailleurs migrants, dont ceux dans les îles de l'océan Indien. Cette situation pourrait s'expliquer par la méconnaissance des travailleurs, de leurs droits et des lois régissant le travail, mais aussi par l'insuffisance d'expériences dans les secteurs. « La plupart des travailleurs migrants de nos îles sœurs, sollicités à Madagascar, disposent des qualifications requises. Ainsi, ils obtiennent des bons postes et travaillent dans de meilleures conditions, dont un salaire satisfaisant. Ce n'est pourtant pas le cas des travailleurs malagasy dépêchés ailleurs. Malgré leur motivation, ils sont souvent arnaqués et exploités abusivement », constate José Randrianasolo, coordonnateur de la Commission syndicale des travailleurs de l'océan Indien (CSTOI). A cela s'ajoutent les migrants clandestins, qui partent de Madagascar avec un visa de tourisme pour ensuite rester dans leurs pays de destination et y chercher du travail, sans tenir compte des conditions. Face à ces cas, des stratégies syndicales devraient être adoptées pour le respect des droits des travailleurs migrants ainsi que pour leur protection. « Le dialogue social pourrait éviter les mésententes entre les employeurs et les salariés. Aussi, une collaboration intersyndicale sera mise en place, au profit des travailleurs », avance le coordonnateur de la CSTOI.  Dans tous les cas, l'Etat devrait renforcer sa capacité à assurer la protection des travailleurs, dont ceux migrants.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff