Publié dans Société

Travailleurs migrants - Les conditions se dégradent !

Publié le lundi, 09 septembre 2019

Des milliers de salariés malagasy recensés dans les îles de l'océan Indien. Ces travailleurs migrants s'exercent dans les secteurs du textile, pêche, « call center » ou encore dans les bâtiments et travaux publics à Maurice, Seychelles ou encore La Réunion et Mayotte. Bon nombre d'entre eux se plaignent toutefois du non respect du contrat de travail et de la dégradation des conditions. « J'ai été hospitalisée pendant une semaine à cause d'un accident vasculo-cardiaque, mais les employeurs n'ont rien voulu savoir.

Ils ont coupé 5 jours de paie sur mon salaire et m'a aussitôt rapatriée à Madagascar après mon hospitalisation. J'ai touché aucune indemnité, juste 1 mois de salaire, alors que j'ai travaillé pendant presque 3 ans dans l'entreprise », nous confie Arlette R., employée sous contrat d'une entreprise franche à Maurice, jusqu'à son rapatriement au mois de février dernier. Comme elle, bon nombre de travailleurs migrants œuvrent dans des conditions déplorables, sans parler des insultes et menaces, mais ils n'osent pas en parler. « On ne sait pas où se plaindre ni quoi faire, faute de protection. Beaucoup d'entre nous attendent la fin du contrat pour rentrer à Madagascar. D'autres, ne supportant pas la situation, démissionnent quitte à rentrer au pays sans aucun sou », se désole Lucie R., ex ressortissante malagasy à Maurice.

Des stratégies syndicales à adopter

Les plaintes augmentent quant au non respect des droits des travailleurs migrants, dont ceux dans les îles de l'océan Indien. Cette situation pourrait s'expliquer par la méconnaissance des travailleurs, de leurs droits et des lois régissant le travail, mais aussi par l'insuffisance d'expériences dans les secteurs. « La plupart des travailleurs migrants de nos îles sœurs, sollicités à Madagascar, disposent des qualifications requises. Ainsi, ils obtiennent des bons postes et travaillent dans de meilleures conditions, dont un salaire satisfaisant. Ce n'est pourtant pas le cas des travailleurs malagasy dépêchés ailleurs. Malgré leur motivation, ils sont souvent arnaqués et exploités abusivement », constate José Randrianasolo, coordonnateur de la Commission syndicale des travailleurs de l'océan Indien (CSTOI). A cela s'ajoutent les migrants clandestins, qui partent de Madagascar avec un visa de tourisme pour ensuite rester dans leurs pays de destination et y chercher du travail, sans tenir compte des conditions. Face à ces cas, des stratégies syndicales devraient être adoptées pour le respect des droits des travailleurs migrants ainsi que pour leur protection. « Le dialogue social pourrait éviter les mésententes entre les employeurs et les salariés. Aussi, une collaboration intersyndicale sera mise en place, au profit des travailleurs », avance le coordonnateur de la CSTOI.  Dans tous les cas, l'Etat devrait renforcer sa capacité à assurer la protection des travailleurs, dont ceux migrants.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff