Publié dans Société

Résultats médiocres du BEPC - Enseignants, parents et élèves au banc des accusés

Publié le vendredi, 20 septembre 2019

Taux de réussite catastrophique presque généralisé. La plupart des Circonscriptions scolaires (CISCO) qui ont sorti les résultats de l’examen du BEPC (Brevet d’étude du premier cycle) affichent un taux de réussite de moins de 50 %. C’est le cas pour les CISCO des grandes villes, à commencer par Antananarivo affichant un taux de 36,91 %. L’on note une baisse de 12 % du taux réussite, par rapport à celui de 2018. Les villes de Toamasina, Fianarantsoa et Antsiranana enregistrent respectivement un taux de 26,81 %, 35,87 % et 44,32 %. D’autres CISCO enregistrent même des résultats plus que médiocres, à l’exemple de Sambava. Cette ville affiche un taux de réussite de 11,5 %, dont 17 établissements publics et privés s’en sortent avec 0 %. Andapa, Vohémar et Antalaha notent respectivement un taux de 18,74 %, 18,93 % et 20,23 %.

 

Les résultats médiocres du BEPC de cette année constituent ces derniers jours un sujet vif de débats, non seulement dans les communautés et les institutions mais aussi sur les réseaux sociaux. Toutes les parties prenantes, à savoir les autorités éducatives, les enseignants, les parents et les élèves, s’accusent de cet échec flagrant. Pourtant, ils se trouvent chacun sur les bancs des accusés, à en tenir compte des résultats. « Le faible niveau de certains enseignants, n’ayant ni les diplômes ni les compétences et non moins les formations requises, constitue le fond de ce problème », pointe du doigt Verohanitra R., mère de famille dont la fille a échoué au second examen officiel. « La principale faute revient aux parents. Bon nombre d’entre eux sont tellement occupés par la difficulté de la vie quotidienne qu’ils négligent l’éducation et le suivi de la scolarité de leurs enfants. Quasiment absents, d’autres n’arrivent plus à cerner leurs enfants, dont la délinquance s’agrandit de jour en jour », se désole Minosoa R., professeur de français au sein d’un établissement public d’Antananarivo.

Mais la plupart des critiques vont à l’encontre des élèves. « Ils ne font qu’à leur tête, notamment avec les mauvaises fréquentations et l’influence négative de l’Internet, surtout les réseaux sociaux dont Facebook. Sans le suivi des parents et l’indifférence des enseignants, la situation s’empire », s’exprime Mario A., chef d’une micro-entreprise à Itaosy. « Les mauvaises influences des réseaux sociaux se sont reflétées durant les examens du BEPC, pendant lesquels certains candidats ont utilisé les langages SMS notamment dans les épreuves littéraires. Les élèves ne s’intéressent guère à la lecture de nos jours », constate une enseignante dans une école privée, voulant garder l’anonymat. « Le pire, c’est que certains parents n’hésitent pas à porter plainte contre les enseignants dès que leurs enfants ont des problèmes au niveau des notes ou des comportements en classe, sans même demander ce qui se passe. C’est déplorable !… », ajoute-t-elle. Quoi qu’il en soit, chacun a sa part de responsabilité dans ce taux de réussite en chute libre !

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff