Publié dans Société

Miss Monde 2019 à Londres - La participation de Madagascar bloquée ?

Publié le mardi, 08 octobre 2019

Parmi les Top 20. Valérie Anne Binguira, Miss Madagascar 2019, semble avoir la cote si l’on tient compte des informations publiées sur la page de Miss Monde. Ce concours de beauté international se tiendra à Londres au mois de décembre prochain, avec 93 candidates déjà inscrites. La participation de Miss Madagascar semble toutefois bloquée, sans la validation du CMM (Comité Miss Madagascar). Ce dernier devrait attribuer une licence pour l’autoriser à participer ainsi que pour faciliter l’obtention de son visa. « Le comité a coupé tout contact avec moi depuis mars 2019 puisque j’ai refusé de lui rendre mon écharpe de Miss officieusement. J’ai demandé à ce que cela se fasse officiellement, devant la presse, et non en catimini. En fait, tout a commencé au mois de février, lorsque le comité m’a demandée de se déplacer à Antananarivo pour une séance photos avec un partenaire. Je me suis déplacée en taxi- brousse pour rejoindre la Capitale et j’ai dû payer de mes propres moyens mon séjour d’une semaine, dont l’hébergement, la restauration et autres frais. Le comité  n’a remboursé que les frais de transport aller-retour », se désole Valérie Anne. Sans contrat officiel, diverses propositions et activités dans lesquelles elle devrait participer ont été annulées. « J’ai dû me débrouiller sans l’aide du CMM pour faire le tour de Madagascar depuis le mois d’avril, ce qui a accentué la colère de la responsable, laquelle m’a menacée avant de couper tout contact avec moi », ajoute-t-elle. Voulant avoir la version de la présidente dudit comité, nous l’avons contactée mais elle n’a pas décroché ni répondu à nos demandes.

D’autres Miss victimes
Valérie Anne Binguira n’est pas la seule victime des agissements du CMM. Les autres Miss Madagascar depuis 2015 jusqu’à 2019 en ont vu de toutes les couleurs. « J’ai pu participer au Miss Monde 2018 avec l’appui de ma famille, laquelle a fait toutes les démarches pour que j’y aille malgré la réticence du comité. Au final, celui-ci s’est chargé du paiement des droits et des billets aller-retour. J’y suis allée sans coaching, en prenant en charge mes vêtements et accessoires ainsi que mon visa pour la France », nous confie Miantsa Valisoa, Miss Madagascar 2018. « Le comité a pris tous les cadeaux que j’ai reçus en tant que Miss Madagascar 2016, dont mon billet d’avion pour Maurice et de l’argent. La responsable a surtout brisé mon rêve de participer au Miss Monde, en avançant que je n’ai pas eu le visa alors que je l’ai obtenu. J’ai même la copie du visa », témoigne Samantha Todivelou. « Le comité a reçu beaucoup d’argent durant les demandes de sponsoring pour mon départ mais au final, je n’ai pas pu y aller. De plus, il a refusé de nombreuses demandes de partenariat me sollicitant, de peur de ne plus rien toucher », se désole la Miss 2016. Pour sa part, Miss Madagascar 2019 fait un appel de détresse, non seulement pour pouvoir participer au concours international à Londres mais surtout pour avoir l’appui financier, matériel et technique des autorités compétentes, à commencer par le Président de la République et la Première Dame malagasy. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff