Publié dans Société

Baccalauréat 2019 - Dernier jour pour la correction

Publié le mercredi, 09 octobre 2019

Quatrième journée. Les enseignants, à qui les milliers de feuilles de copies d'examen du baccalauréat ont été remis, achèvent actuellement leur tâche. Ayant débuté lundi dernier, la correction va prendre fin ce jour, selon l'estimation des correcteurs. D'après les explications des enseignants rencontrés à Ankatso, le nombre de copies pour chaque correcteur ne dépasse plus une centaine.  « Nous sommes 130 enseignants à assurer la matière « anglais ». Et chacun de nous corrige  400 copies soit 8 paquets de 50 feuilles. Nous prévoyons ainsi de les finir ce matin même. Il nous reste à peu près un paquet par enseignant », indique un  professeur d'anglais.

 

Les candidats séries « A » faibles en matière de base

Ils ont déshonoré leur choix au baccalauréat. Le bilan demeure négatif pour les candidats des séries littéraires. En général, les correcteurs sont sidérés devant le niveau des candidats en séries « A1 et A2 ». Les matières de base à savoir l'histoire-géographie, français, malagasy, philosophie et anglais n'ont pas été bien traitées.

« En anglais, entre autres, ils sont nombreux à obtenir des notes en dessous de la moyenne. Par contre, ce sont les séries scientifiques qui ont décroché les meilleures notes. 40 sur les 50 feuilles de copies pour la série D ont, par exemple, eu de bonnes notes », confirme un correcteur. Ces propos ont été repris par un groupement d'enseignants d'histoire-géographie ayant bien remarqué que le niveau des candidats a baissé pour cette session.

Des notes catastrophiques

Certes, aucun candidat n'a obtenu la note éliminatoire « zéro », mais nombreux ont reçu une note moins de 5 sur 20. « Le procès-verbal nous requiert de longues procédures et d'engagements qu'il nous a été préférable de mettre 0.5 jusqu'à 2  sur 20 au lieu d'en coller 0. En effet, quelques-uns des candidats n'ont même pas pris la peine de répondre aux questions. Ce que j'ai trouvé également étonnant a été les questions copiées sans avoir mis des réponses », confirme un enseignant. Selon un professeur de mathématiques, un élève  en série A2 a fini de répondre aux questions mais n'a trouvé aucune bonne réponse. Il a été obligé de lui mettre 0.25 sur 20.

KR.

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff