Publié dans Société

Collision entre deux taxis-brousse à Farafangana - 7 morts et une dizaine de blessés dont 6 graves

Publié le dimanche, 13 octobre 2019

Le sang nouveau a giclé sur les routes ! 7 personnes ont été tuées et une dizaine d’autres blessées dont 6 graves. La plupart des victimes sont des femmes et des enfants.  Alors que les plaies ne se sont pas encore cicatrisées sur la RN6 et la RN25, voilà donc qu’un autre taxi-brousse a fait également des siens sur la RN12, dans le Sud-est. Ce triste fait remonte samedi après-midi dernier lorsque le minibus Mazda qui a transporté des passagers venant de Sambava s’était télescopé avec un Mercedes Sprinter près de la station Nivo, au croisement de routes à hauteur d’Ankarana. Puisque la collision s’est produite au-dessus d’un pont situé à 25 km de Farafangana, le violent impact a fait éjecter la Mazda dans la rivière qui coule en contrebas. Cela explique donc le nombre élevé des victimes.

 

Pour le moment, la cause du drame, outre le fait que les chauffeurs n’auraient pas voulu chacun de leur côté cédé le passage, n’a pas été encore élucidée. Mais des témoins ont été unanimes sur un point : le chauffeur de la Mazda aurait bu. D’ailleurs, son état n’aurait pas échappé aux passagers tout au long de ce  trajet.

Les corps des victimes furent repêchés de la rivière lors d’une opération de secours. Ils sont entreposés à la morgue du CHR de Farafangana. Si on a un renseignement à propos de quatre d’entre elles, en revanche on ne sait rien concernant les trois autres. Les autorités locales ont ainsi lancé un appel à l’endroit de leurs proches pour se rendre sur place en vue d’un constat de visu, ou du moins pour s’informer. Il en est de même pour les blessés. La seule chose qu’on sait, c’est que toutes ces personnes devaient se rendre à Matangy Vangaindrano via Sambava.

Du coup, les autorités locales se sont mobilisées. Le sénateur de la Région a offert du carburant, du moins pour l’évacuation des victimes tandis que le député local a fourni des linceuls. D’autres responsables locaux ont donné des médicaments, des vivres, sans parler des soins à l’endroit des blessés. Jamais, on n’a vu s’enchaîner de façon diabolique les accidents de taxi-brousse que ces 5 derniers jours. Il y eut d’abord le drame survenu à Sahasinaka et ayant coûté la vie à deux enfants, et où la plupart des victimes sont des pèlerins d’une église FLM d’Ifanadiana. Puis, il y eut l’autre accident se produisant cette fois-ci sur la RN6 près d’Ambanja, faisant également deux morts et une vingtaine de blessés, et enfin celui plus récent qui s’est produit donc à Farafangana.

 Franck Roland

Fil infos

  • Hery Frédéric Ranjeva - Parmi les meilleurs avocats en France en 2021
  • Nouvelle loi sur la communication - Silence assourdissant de l’OJM
  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier

La Une

Editorial

  • Prise de conscience générale
    « Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Il semble qu’on assiste en ce moment à un certain éveil de conscience de la masse populaire sur la dangerosité de cet implacable virus. En cause, la recrudescence des tristes chiffres de la pandémie du Covid-19. Quelquefois, le malheur fait bien des choses. Au début, lors de la première intervention du Chef de l’Etat Rajoelina, ce vendredi 19 mars 2020, annonçant les premiers cas de contamination à Madagasikara, presque tout le monde n’avait pas pris au sérieux le danger réel qui guette le pays. Les détracteurs professionnels ainsi que les éternels sceptiques qui trouvent toujours l’occasion de douter de tout ce que Zandry  Kely dit, ne cessent de le discréditer. Les partisans de ces apprentis sorciers jouant le rôle d’opposition sous-estiment le péril qui pèse sur le pays et véhiculent le message selon lequel le nouveau coronavirus n’était qu’une pure manipulation politique de…

A bout portant

AutoDiff