Publié dans Société

Kidnapping du Dg de Makiplast - Le cerveau et ses co- accusés condamnés à 7ans de travaux forcés

Publié le vendredi, 18 octobre 2019

Les affaires d’enlèvement d’hommes d’affaires indopakistanais du pays sont actuellement traitées à la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption ou PAC. C’était le cas hier  à propos du Dg de Makiplast, enlevé en 2018. Les 12 personnes incriminées ont alors comparu. A l’issue des débats à l’audience assez houleux, la présidente de la Cour a finalement prononcé  la sentence : le cerveau  est condamné à 7 ans de travaux forcés à Tsiafahy. Il doit également payer une amende de 9 millions ariary. Par ailleurs, 4 de ses co-accusés ont écopé la même peine, enfin 3 autres pour 5 ans. Par ailleurs, les 5 restants ont été relâchés au bénéfice du doute. Deux d’entre ces derniers sont des mineurs.

 

Bien que tous les incriminés aient nié l’accusation jusqu’au bout, notamment le cerveau, qui a déjà d’ailleurs travaillé au côté d’individus dangereux comme Djaffar Younous, ils n’ont plus trouvé des arguments valables sinon bafouillé puérilement pour répondre aux différentes questions pièges posées par le juge, ses assistants, ainsi que  le procureur général. Car les principaux accusés dans l’affaire n’étaient pas finalement très malins. Et les preuves matérielles de leurs méfaits ne se cachent pas aux yeux des observateurs. Quelque temps à peine, après l’enlèvement du propriétaire de Makiplast, les bandits ont fait de multiples acquisitions avec l’argent de la rançon. Des maisons pour les uns, un Sprinter, une Starex ou encore une Kangoo pour les autres. Précisons que pour rançonner la famille de l’otage, les ravisseurs l’ont séquestré du côté de Fenoarivo.

Notons qu’à l’éclatement de l’affaire, c’est la Police  nationale qui a traité l’affaire, c’est-à-dire en novembre 2018. Les deux individus impliqués dans l’enlèvement du directeur général de la société Makiplast mais aussi du patron du magasin Vista commis à Androndra en juillet 2018, ont été déférés au Parquet du tribunal à Anosy.

D’ailleurs, c’était à Fenoarivo, dans la périphérie de la Capitale, que l’un de ces suspects a été appréhendé par la brigade criminelle tandis qu’un autre le fut à Manakara, les 13 et 15 février 2018.  Ces nouvelles arrestations ont alors eu lieu juste une semaine après celles des trois suspects survenues le 7 février. Ces derniers auraient dénoncé des complices durant leur interrogatoire. D’après la Police, ces individus ont tous avoué avoir reçu de l’argent de ces crimes. La preuve, certains d’entre eux ont

été surpris en train de construire de  nouvelles maisons. D’autres ont réussi à s’acheter des voitures. Les investigations menées par la Police ont débouché sur la découverte de la maison où les ravisseurs ont séquestré  leurs victimes. Au total, 12 personnes ont été déjà écrouées. Dans cette affaire, la Police nationale était surtout à la recherche du cerveau.

Franck Roland

Fil infos

  • Hery Frédéric Ranjeva - Parmi les meilleurs avocats en France en 2021
  • Nouvelle loi sur la communication - Silence assourdissant de l’OJM
  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier

La Une

Editorial

  • Prise de conscience générale
    « Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Il semble qu’on assiste en ce moment à un certain éveil de conscience de la masse populaire sur la dangerosité de cet implacable virus. En cause, la recrudescence des tristes chiffres de la pandémie du Covid-19. Quelquefois, le malheur fait bien des choses. Au début, lors de la première intervention du Chef de l’Etat Rajoelina, ce vendredi 19 mars 2020, annonçant les premiers cas de contamination à Madagasikara, presque tout le monde n’avait pas pris au sérieux le danger réel qui guette le pays. Les détracteurs professionnels ainsi que les éternels sceptiques qui trouvent toujours l’occasion de douter de tout ce que Zandry  Kely dit, ne cessent de le discréditer. Les partisans de ces apprentis sorciers jouant le rôle d’opposition sous-estiment le péril qui pèse sur le pays et véhiculent le message selon lequel le nouveau coronavirus n’était qu’une pure manipulation politique de…

A bout portant

AutoDiff