Publié dans Société

Kidnapping du Dg de Makiplast - Le cerveau et ses co- accusés condamnés à 7ans de travaux forcés

Publié le vendredi, 18 octobre 2019

Les affaires d’enlèvement d’hommes d’affaires indopakistanais du pays sont actuellement traitées à la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption ou PAC. C’était le cas hier  à propos du Dg de Makiplast, enlevé en 2018. Les 12 personnes incriminées ont alors comparu. A l’issue des débats à l’audience assez houleux, la présidente de la Cour a finalement prononcé  la sentence : le cerveau  est condamné à 7 ans de travaux forcés à Tsiafahy. Il doit également payer une amende de 9 millions ariary. Par ailleurs, 4 de ses co-accusés ont écopé la même peine, enfin 3 autres pour 5 ans. Par ailleurs, les 5 restants ont été relâchés au bénéfice du doute. Deux d’entre ces derniers sont des mineurs.

 

Bien que tous les incriminés aient nié l’accusation jusqu’au bout, notamment le cerveau, qui a déjà d’ailleurs travaillé au côté d’individus dangereux comme Djaffar Younous, ils n’ont plus trouvé des arguments valables sinon bafouillé puérilement pour répondre aux différentes questions pièges posées par le juge, ses assistants, ainsi que  le procureur général. Car les principaux accusés dans l’affaire n’étaient pas finalement très malins. Et les preuves matérielles de leurs méfaits ne se cachent pas aux yeux des observateurs. Quelque temps à peine, après l’enlèvement du propriétaire de Makiplast, les bandits ont fait de multiples acquisitions avec l’argent de la rançon. Des maisons pour les uns, un Sprinter, une Starex ou encore une Kangoo pour les autres. Précisons que pour rançonner la famille de l’otage, les ravisseurs l’ont séquestré du côté de Fenoarivo.

Notons qu’à l’éclatement de l’affaire, c’est la Police  nationale qui a traité l’affaire, c’est-à-dire en novembre 2018. Les deux individus impliqués dans l’enlèvement du directeur général de la société Makiplast mais aussi du patron du magasin Vista commis à Androndra en juillet 2018, ont été déférés au Parquet du tribunal à Anosy.

D’ailleurs, c’était à Fenoarivo, dans la périphérie de la Capitale, que l’un de ces suspects a été appréhendé par la brigade criminelle tandis qu’un autre le fut à Manakara, les 13 et 15 février 2018.  Ces nouvelles arrestations ont alors eu lieu juste une semaine après celles des trois suspects survenues le 7 février. Ces derniers auraient dénoncé des complices durant leur interrogatoire. D’après la Police, ces individus ont tous avoué avoir reçu de l’argent de ces crimes. La preuve, certains d’entre eux ont

été surpris en train de construire de  nouvelles maisons. D’autres ont réussi à s’acheter des voitures. Les investigations menées par la Police ont débouché sur la découverte de la maison où les ravisseurs ont séquestré  leurs victimes. Au total, 12 personnes ont été déjà écrouées. Dans cette affaire, la Police nationale était surtout à la recherche du cerveau.

Franck Roland

Fil infos

  • Communales 2019 - Des nombreuses associations derrière Naina Andriantsitohaina
  • Stade de Mahamasina - Les Barea et le coach Dupuis demandent la réhabilitation totale
  • Chanson « Drako hely » - Clap de la fin !
  • Changement vers le développement - Une condition sine qua non
  • Milieu judiciaire malagasy - La grande muette !
  • Faniry Alban Rakotoarisoa - L’agression en guise d’arguments
  • Randriamasinoro Ny Rina - Quid de sa gestion financière de la CUA ?
  • Andry Rajoelina à l’inauguration de KFC - Un clin d’œil aux grands investisseurs étrangers !
  • Commission mixte sur les îles éparses - Des positions diamétralement opposées
  • Chanson « Drako hely » - La phrase de tous les dangers !

La Une

Editorial

  • L’imminence d’une fin !
    Un vieux riche exploitant terrien sentant la mort prochaine fit venir ses enfants (héritiers) et leur dit « travaillez, prenez de la peine c’est le fonds qui manque le moins ». De ses héritiers, il y en a qui ont pris au sérieux l’ultime message du vieux père et ont commencé immédiatement à travailler et faire fructifier le patrimoine sans attendre de disposer entre leurs mains tout l’argent nécessaire, tant mieux ! D’autres, à leurs dépens, ont pris à la légère et snobé le dernier message du vieux père. D’autres encore n’ont rien compris. Ils ne saisissent point les tenants et aboutissants de « l’ultime message ». Ils se trouvent totalement à côté de la plaque. Tant pis pour eux !  

A bout portant

AutoDiff