Publié dans Société

Droits de l’Homme - Une centaine de réfugiés à Madagascar

Publié le vendredi, 25 octobre 2019
Droits de l’Homme - Une centaine de réfugiés à Madagascar PHOTO D’ILLUSTRATION (« LE FIGARO »)

75 à 80 familles composées d’environ 150 personnes. Tel est l’effectif des réfugiés enregistrés à Madagascar, selon les chiffres émanant du CDA, confirmés par le ministère de la Justice. Environ 50 % d’entre eux se composent de Pakistanais mais il y a également des réfugiés d’autres origines, comme des Syriens, des Afghans, des Iraniens, des Ethiopiens, des Somaliens, des Congolais, etc. La majorité d’entre ces réfugiés résident à Antananarivo et le reste se répartit dans les autres Régions, depuis Mahajanga jusqu’à Ampanefena, du côté de Morondava. « Environ 80 % de ces familles ne disposent pas de papiers d’identité. A la place, ils détiennent des attestations de demandeurs d’asiles ou celles de réfugiés. Dans la plupart des cas, ils vivent cachés et préfèrent rester loin des projecteurs, y compris les médias », informe Daniel Anaclet, directeur exécutif du CDA. Cette ONG bénéficie d’un financement du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) depuis 2015 pour mener un projet de protection et de prise en charge de ces derniers.

20 familles bénéficiaires d’allocations

La vulnérabilité comme principal critère. 20 familles de réfugiés bénéficient actuellement d’allocations mensuelles émanant de l’UNHCR. « Le montant varie entre 198 000 ariary pour un célibataire sans enfant jusqu’à 500 000 ariary par mois pour une famille composée de 5 à 6 membres. A cela s’ajoute leur prise en charge sanitaire et sociale, touchant entre autres l’éducation des enfants et la formation professionnelle des jeunes. Côté juridique, nous leur accompagnons dans les démarches de délivrance d’acte de naissance, entre autres », détaille le directeur exécutif du CDA. Cette ONG s’assure également de l’apprentissage de la langue malagasy afin que ces réfugiés aient un minimum de connaissances pour communiquer ou entretenir des relations avec leur voisinage. Les autres s’abritent et jouissent du soutien de leurs communautés religieuses respectives, tandis que certains effectuent des « petits boulots » pour survivre. A noter que bon nombre d’entre eux retournent dans leur pays une fois que les persécutions à leur égard s’atténuent ou prennent fin.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Gouvernement - Présentation imminente des nouveaux membres
  • Intempéries et inondations - Les opérations de secours militaires continuent
  • Concours d'entrée à l'INFA - « L'un des plus propres », dixit la ministre Ranampy
  • Intempéries - L'Etat déclare le sinistre national
  • Boeny et Betsiboka - Le Président Rajoelina accélère les actions de secours
  • Commune urbaine d’Antananarivo - 23 directeurs pour réaliser le veliranon’Iarivo
  • Banque européenne d'investissement - 173 millions d'euros investis dans le réseau routier malagasy
  • « Tana Water III » - Trois nouvelles stations de forage et de traitement d'eau en construction
  • Détournement de deniers publics - L’ex-ministre Maharante de nouveau éclaboussé 
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Honoré Rakotomanana attaque Rivo Rakotovao

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff