Publié dans Société

Gratuité de l’inscription dans les EPP - Grogne des parents et directeurs d’établissement

Publié le lundi, 28 octobre 2019

Une décision à la fois incomprise et incomplète. La gratuité de l’inscription au sein des Ecoles primaires publiques (EPP), annoncée depuis quelques années, a toujours suscité des mésententes et grognes. Mais la situation s’est empirée cette année, avec les grèves observées dans certains établissements depuis la semaine dernière. C’était le cas aux EPP Manjakaray et Andraisoro ou encore à Ambatolampy Tsimahafotsy, où la décision ministérielle a entraîné diverses incompréhensions. Pour l’EPP Andraisoro, chaque parent d’élèves a dû payer des frais généraux s’élevant à 22 000 ariary, comprenant les salaires des enseignants FRAM et du gardien ainsi que du budget de fonctionnement. Pourtant, le ministre de tutelle a récemment recommandé le remboursement du droit d’inscription, variant entre 2000 et 5000 ariary par parent, pour les établissements qui ont déjà encaissé les frais généraux. Autrement dit, les cotisations des parents restent valables malgré la gratuité de l’inscription. Pourtant, les parents ont pensé qu’ils ne devront plus rien payer et ont réclamé la totalité de la somme déjà versée. Des directeurs d’établissement s’opposent, quant à eux, aux remboursements en avançant que cela nuirait au fonctionnement des EPP.

Aucune mesure  d’accompagnement ?

Le droit d’inscription est destiné notamment pour le fonctionnement des EPP, dont l’achat des craies, papiers et autres fournitures de bureau. Le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnelle n’a adopté aucune mesure d’accompagnement, notamment en cette rentrée scolaire. « La Caisse école pourrait assurer le budget de fonctionnement de l’établissement, quoique son déblocage tarde. En plus, il s’agit d’un montant symbolique, ne pouvant couvrir qu’une partie des besoins de l’école », constate une directrice d’établissement, voulant garder son anonymat par peur d’éventuelles répressions. Avec la gratuité du droit d’inscription, des enseignants paient de leurs propres moyens les craies et éponges faute de budget. De plus, certains établissements disposent de cantines scolaires, de dentisterie ou autres branches nécessitant plus de fonds. Outre l’absence de mesures d’accompagnement de cette décision, l’on constate une défaillance au niveau de la communication au sein du ministère de tutelle, ce qui favorise les incompréhensions.
A noter que, malgré les mésententes et manifestations, la rentrée des classes s’est tenue depuis hier pour la majorité des écoles publiques et certains établissements privés. L’année scolaire 2019- 2020, repartie en 3 trimestres, prendra fin le 30 juin 2020. Le premier trimestre s’achèvera le 20 décembre prochain…

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Gouvernement - Présentation imminente des nouveaux membres
  • Intempéries et inondations - Les opérations de secours militaires continuent
  • Concours d'entrée à l'INFA - « L'un des plus propres », dixit la ministre Ranampy
  • Intempéries - L'Etat déclare le sinistre national
  • Boeny et Betsiboka - Le Président Rajoelina accélère les actions de secours
  • Commune urbaine d’Antananarivo - 23 directeurs pour réaliser le veliranon’Iarivo
  • Banque européenne d'investissement - 173 millions d'euros investis dans le réseau routier malagasy
  • « Tana Water III » - Trois nouvelles stations de forage et de traitement d'eau en construction
  • Détournement de deniers publics - L’ex-ministre Maharante de nouveau éclaboussé 
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Honoré Rakotomanana attaque Rivo Rakotovao

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff