Publié dans Société

Education et droits sexuels - La santé de la reproduction renforcée dans les lycées

Publié le mardi, 05 novembre 2019

Une des priorités du Gouvernement en matière de santé publique. La santé et droits sexuels et reproductifs (SDSR) fait désormais partie intégrante des matières inculquées aux lycéens. Après la phase d’expérimentation achevée l’année dernière auprès des 214 lycées pilotes, tous les élèves en classe de seconde repartis dans toute l’île étudient ce thème depuis cette année et ce dans la plupart des matières sauf les mathématiques et la physique-chimie. « Parmi les 12 thématiques, la grossesse précoce, la violence basée sur le genre, le Vih-Sida, l’anatomie ou encore la physiologie sont intégrés dans les sciences naturelles. Les droits sexuels sont également abordés dans le malagasy », informe Tahiry Rajerisoa, de l’ONG SEED Madagascar. Ainsi, le programme scolaire adopté pour la classe de seconde a été révisé en tenant compte de ce thème. « Si les élèves en classe de seconde étudient déjà la SDSR, celle-ci est actuellement en phase d’expérimentation pour la classe de première, avant sa mise en œuvre pour la prochaine année scolaire. Pour les lycéens en classe de terminale, l’expérimentation se fera l’année scolaire 2020- 2021, suivie par sa mise en œuvre en 2022 », informe Ndriana Andriamahadison, responsable de ladite ONG à Antananarivo. D’ici 3 ans donc, la SDSR sera renforcée et inculquée à tous les lycéens du pays.

Un réseau à mettre en place
Outre l’intégration de la SDSR dans le programme scolaire des lycées, un réseau regroupant les intervenants dans ce domaine sera mis en place. Une trentaine d’organisations l’ont sollicitée en septembre dernier. « Le réseau permettra à ses membres de partager des ressources et les bonnes pratiques ou encore de faire des échanges sur les perspectives pour avoir une même vision et aspect sur la SDSR. De plus, le réseau pourra avoir plus de soutien des bailleurs, sans parler des plaidoyers que ses membres peuvent faire », lance Miora Ratsimbazafy, communication de SEED Madagascar.
Par ailleurs, une conférence SDSR se tiendra à partir de ce jour jusqu’à demain au Carlton Anosy. L’objectif étant de partager et discuter des succès, défis et opportunités en la matière, outre la création d’une connexion entre les parties prenantes. Notons que bon nombre d’actions ont été entreprises dans ce domaine, tant par le secteur public que privé et la société civile. Pourtant, les défis restent de taille concernant la santé des adolescents et des jeunes. D’ailleurs, la santé maternelle, infantile et celle des adolescents dans le pays reste préoccupante, selon la politique nationale de la santé, dont le plan national de santé reproductive des adolescents et jeunes.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur
  • Défaite du TIM dans la Capitale - Autopsie d’une débâcle annoncée

La Une

Editorial

  • Impunité parlementaire ?
    Les députés ont adopté, en séance plénière, une résolution pour la libération de leurs pairs Hasimpirenena Rasolomampionona, élu à Fandriana et Raveloson Ludovic élu à Mahabo, incarcérés pour des affaires qui les concernent personnellement. Suite à la recommandation de la Commission permanente chargée de l'examen des demandes de suspension de la détention, des mesures privatives et restrictives de liberté ou de la poursuite d'un député présidée par Rakotomalala Lucien, député élu à Morombe, les députés ont pris la résolution de libérer les deux élus. Le Bureau permanent est chargé de le transmettre à qui de droit. A charge pour le Gouvernement et la Justice de prendre leurs dispositions. Evidemment, le comportement pour le moins corporatiste crée des vagues.  

A bout portant

AutoDiff