Publié dans Société

Campagne de sensibilisation sur la lutte contre les violences - Messages passés à un millier de lycéens d’Antananarivo

Publié le vendredi, 08 novembre 2019

Issus des 6 lycées publics de la Capitale. La campagne de sensibilisation sur les droits des enfants, la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) et contre le mariage précoce a pu toucher un millier de lycéens. Les 3 jours de campagne ont été une occasion pour l’association Fitia et ses partenaires de renforcer leurs activités dans cette lutte de longue haleine. D’ailleurs, cette action de ladite association, présidée et fondée par la Première Dame Mialy Rajoelina et non moins ambassadrice du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) dans la lutte contre les VBG, se fait chaque début d’année scolaire.
Hier, les élèves en classe de seconde et première auprès du lycée Jules Ferry Faravohitra (LJF) et ceux du lycée Andohalo (LAA) ont reçu leur part de conscientisation et de sensibilisation. « C’est la première fois que j’assiste à ce genre de campagne. Désormais, je connais les formes de violence et de non respect des droits de l’enfant ainsi que les autorités à consulter pour signaler des cas », avance Niriantsoa, lycéen du LAA. « Je suis surprise du fait qu’une personne témoin d’un cas de violence mais qui ne fait aucun signalement soit considérée comme un complice.

J’en faisais face auparavant mais j’ai rien dit, par peur de menaces. Mais je serai désormais plus courageuse pour dénoncer s’il y aura d’autres cas », nous confie Lalaina, élève du LJF. Apparemment, les messages sont passés aux lycéens, si l’on tient compte de leur forte participation et leurs feedbacks suite aux sessions. Les responsables des lycées visités ont eux aussi souligné l'importance d'une telle campagne en faveur des élèves, dans la mesure où elle complète l'éducation scolaire habituelle. A titre de rappel, la campagne de sensibilisation à Antananarivo, initiée par l’association Fitia et de l’ambassadrice du FNUAP, s’est faite avec la collaboration dudit organisme onusien, du ministère de l’Intérieur à travers la Brigade féminine de proximité ainsi que la Police des mœurs et protection des mineurs, celui de la Population et celui de la Justice. Le but étant d’éradiquer la VBG, touchant une personne sur 3 à Madagascar, et ce avec la participation de tous. La campagne se poursuivra incessamment dans d’autres Régions de l’île.
Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur
  • Défaite du TIM dans la Capitale - Autopsie d’une débâcle annoncée

La Une

Editorial

  • Impunité parlementaire ?
    Les députés ont adopté, en séance plénière, une résolution pour la libération de leurs pairs Hasimpirenena Rasolomampionona, élu à Fandriana et Raveloson Ludovic élu à Mahabo, incarcérés pour des affaires qui les concernent personnellement. Suite à la recommandation de la Commission permanente chargée de l'examen des demandes de suspension de la détention, des mesures privatives et restrictives de liberté ou de la poursuite d'un député présidée par Rakotomalala Lucien, député élu à Morombe, les députés ont pris la résolution de libérer les deux élus. Le Bureau permanent est chargé de le transmettre à qui de droit. A charge pour le Gouvernement et la Justice de prendre leurs dispositions. Evidemment, le comportement pour le moins corporatiste crée des vagues.  

A bout portant

AutoDiff